Sécuriser le blé face à la septoriose quel que soit le contexte de l’année

Bayer CropScience - Lundi 1er mars

Cette année, la conjoncture haussière du prix des céréales justifie de sécuriser les rendements. Une protection fongicide, polyvalente et prête à l’emploi, garantit un haut niveau de performance en blé et orge quelles que soient les conditions de pression maladies à la parcelle. Car, avec un automne 2020 doux, les champignons responsables des principales maladies comme la septoriose ou la rouille ont tenu bon. La septoriose ne demande que l’arrivée des pluies printanières pour grimper dans les étages foliaires. Avec ses solutions Kardix, Keynote, Macfare, Veldig & Yoneero, Bayer propose des solutions technico économiques en phase avec les attentes agriculteurs.

L’épisode de froid qui s’est abattu début février sur la moitié nord et sur l’ouest de la France aura-t-il eu raison des maladies ? Pas certain, car l’hiver et l’automne ont été plutôt marqués par une climatologie douce et humide. Elle a créé des conditions propices à la conservation des champignons, notamment ceux responsables des rouilles jaune ou brune. Même si 2020 a été une année exceptionnelle en termes de baisse de la pression maladies en raison d’un printemps sec, la vigilance reste de mise à partir de mars. La douceur des températures et une succession d’épisodes pluvieux constituent le bon cocktail pour activer les premières contaminations. Sans protection efficace, les maladies foliaires, septoriose et rouilles, peuvent faire chuter les rendements en moyenne de 17 q/ha.

Dans un contexte de prix de marché qui se maintient durablement au-dessus de la barre des 200 € depuis septembre 2020, la préservation du rendement joue dans le résultat technico-économique de cette culture ! La conjoncture se révèle tout aussi favorable pour les orges. La demande mondiale en céréales devrait rester soutenue, en raison des volumes fléchés vers les pays asiatiques, la Chine en tête.

Blé et orge, rendement préservé grâce aux combinaisons de fongicides

Face à cette situation climatique et à l’enjeu économique, la gamme Kardix de Bayer constitue la valeur sûre pour sécuriser le rendement. Un gain de 14 q/ha, par rapport au témoin dans des situations de pression septoriose a été relevé en moyenne dans 55 essais réalisés par Bayer de 2017 à 2020. « Avec ces fongicides, nous répondons aux enjeux économiques des organismes stockeurs et des agriculteurs : viser une collecte en quantité, quel que soit l’historique de maladies à la parcelle, explique Étienne Delerue chef marché fongicide céréales Bayer. Sur blé comme sur orge, ces résultats sont liés à la performance et la polyvalence de ces solutions en raison du mode d’action complémentaire des substances actives qu’elles contiennent. » 

Ainsi, la gamme Kardix combine trois molécules : le bixafen, persistant, très efficace sur septoriose et rouilles, le fluopyram rapidement actif sur le complexe maladies et le prothioconazole, triazole la plus active contre la septoriose, les rouilles, le piétin-verse, le rhizoctone, l’helminthosporiose… « Toutes les maladies foliaires du blé et de l’orge sont couvertes, ajoute Clarisse Payet, responsable technique fongicides céréales. La complémentarité entre les SDHI et le prothioconazole facilite aussi la gestion des résistances, car les souches de Septoria tritici n’ont pas le même comportement face à ces deux modes d’action »

Le bon positionnement, clé de réussite des fongicides Kardix, Keynote, Macfare, Veldig, Yoneero

Le positionnement garantit la performance des fongicides. Ces produits s’appliquent en préventif, idéalement au stade Dernière feuille étalée pour une protection optimale.

En blé, la fenêtre d’intervention de la protection contre la septoriose et les rouilles peut être plus tardive, jusqu’au stade gonflement de l’épi, lorsque les conditions climatiques ne sont pas propices aux applications.

FOCUS MALADIES Bayer

Le meilleur moment pour déclencher le traitement s’évalue notamment en lien avec les alertes de l’observatoire Focus maladies créé par Bayer en 2020. Disponible pour les distributeurs agricoles et conseillers techniques, il suit les pressions septoriose et rouilles sur plus de 300 points en France chaque semaine. 

Rapprochez-vous de vos interlocuteurs Bayer en proximité pour plus d’informations.

Le saviez-vous

Contre la septoriose, le positionnement de la gamme Kardix au stade dernière feuille étalée est crucial, car ce sont les trois dernières feuilles formées qui contribuent de façon significative au rendement.

Sur orge, Kardix est recommandé avec la strobilurine contenue dans Twist 500 SC au stade sortie des barbes. Cette association est reconnue comme une solution premium notamment sur helminthosporiose, rynchosporiose et rouilles. Comparé à un produit de référence sans strobilurine, Kardix + Twist apportent 10 quintaux en plus dans 13 essais menés en 2019.

« Pour 2021, le retour sur investissement de la protection fongicide est déterminant dans le choix des solutions ; notre gamme Kardix s’avère être un optimum technico économique, quel que soit le contexte de l’année »
Étienne Delerue
chef marché fongicide céréales Bayer
+ 14 q/ha
sur blé

quel que soit le contexte de l’année par rapport au témoin dans des situations de pression septoriose.
Synthèse de 55 essais réalisés par Bayer de 2017 à 2020.

+ 10 q/ha
sur orges

Efficacité de Kardix +Twist 500 SC contre l’helminthosporiose, comparé à une référence sans strobilurine
12 essais, campagne 2018 – 2019
(Kardix 0,8 l/ha +Twist 500 SC 0,16l/ha)

Kardix, conditions d’emploi pour réduire l’IFT

Kardix peut s’appliquer en T2 à la dose de 0,8 l/ha pour apporter un gain d’IFT de 0,53 par rapport à la dose d’homologation qui est de 1l/ha.

 

Kardix® / Keynote® / Mac Fare® / Veldig® / Yoneero®

mentions legales phytosanitaires