Grosse altise sur colza, les clefs pour bien anticiper

Syngenta - Jeudi 16 septembre

Morsures circulaires, galeries affaiblissant les tiges et pétioles… À cause de la grosse altise, le colza accuse d’importants retards de croissance à la montaison. Alors que les adultes arrivent en septembre sur la parcelle, les larves passent l’hiver à miner les pieds de colza. Lorsque les dégâts des larves sont visibles, il est déjà trop tard.

altise ; colza
crédit : Watier

La grosse altise possède deux stades biologiques nuisibles aux cultures de colza. Les adultes, noirs, brillants, avec des reflets métalliques sur le dos, et de grosses cuisses, attaquent les cotylédons et les jeunes feuilles. Leurs morsures sont reconnaissables à leur circularité, comme un « coup de fusil ». Ces ravageurs apparaissent à partir du 20-30 septembre selon les régions. Ne pas confondre avec la petite altise, moins destructrice, dont les morsures peuvent s’observer en août. 

Les larves de grosse altise sont les plus nuisibles

Une fois arrivés dans le champ, les adultes pondent dans le sol entre dix et quinze jours plus tard. A partir de l’automne, puis pendant tout l’hiver, les larves migrent vers l’intérieur de la tige, en creusant des galeries qui affaiblissent les tiges et les pétioles. En cas de fortes attaques, elles entraînent la destruction du bourgeon terminal. La végétation et la montée en graine sont alors stoppées net.  

Distinguer la grosse altise du charançon du bourgeon terminal

Pas facilement reconnaissables à l’œil nu, les larves de grosse altise se font discrètes. Pour les trouver, une seule solution rapide : ouvrir la plante. «Les larves sont blanches et possèdent une tête avec une plaque pigmentée à l’extrémité, souvent noire, décrit André Fougeroux, président de la commission ravageurs de Végéphyl. Elle se distingue du charançon du bourgeon terminal avec ses trois paires de pattes.» En disposant de plus de temps, la méthode Berlèse préconise de faire sécher une trentaine de plantes dans une pièce bien chauffée (20 °C) et aérée. Au bout de quelques jours, les larves tombent et sont alors très facilement identifiables et quantifiables.

Les morsures en « coup de fusil » des grosses altises adultes apparaissent en septembre. Si ces symptômes sont observés en août, il s’agit de la petite altise, moins nuisible.
André Fougeroux
Président de la commission ravageurs de Végéphyl

Maximum cinq larves par pied de colza

Un colza vigoureux peut supporter un maximum de cinq larves de grosse altise par pied. Si la plante a déjà subi des stress, la tolérance s’abaisse à 2 ou 3 individus. Dans le cas de l’adulte, si huit pieds sur dix ont des morsures, alors le seuil critique est atteint. Pour suivre l’intensité des vols, et estimer le risque de ponte, des pièges jaunes doivent être disposés sur la parcelle.

Une véritable course contre-la-montre

Pour limiter les dégâts des adultes sur le colza, la conduite de culture vise à atteindre le stade 4 feuilles avant le 20 septembre, date d’arrivée des adultes : à ce moment la plante est suffisamment robuste pour survivre aux morsures. Dans le cas des larves, la vigueur du colza en sortie d’hiver reste l’objectif clef. Pour réussir cette course contre-la-montre, plusieurs leviers agronomiques existent.

Pour plus d’information sur ce ravageur, consultez la fiche ravageur.

Syngenta France SAS – 1228, Chemin de l’Hobit 31790 Saint-Sauveur France.  SAS au capital de 111 447 427 Euros. RCS – RSAC Toulouse 443 716 832. Numéro de TVA intra-communautaire : FR 11 443 716 832. N° d’agrément MP02249 : distribution et application de produits phytopharmaceutiques

mentions legales phytosanitaires