HDI : le maïs hautement digestible pour une ration agronomique

Le maïs fourrage occupe une place centrale dans la ration des bovins. Au-delà du rendement, critère de choix n°1, la valeur alimentaire est essentielle. C’est pourquoi la sélection Limagrain développe depuis 2005 des maïs fourrage hybrides nommés HDi® (Hautement Digestibles) qui répondent aux attentes et aux contraintes techniques nutritionnelles et agronomiques des éleveurs. Les derniers résultats obtenus en comparant des silos HDi® et témoins mettent en avant combien les maïs HDi® répondent aux besoins du troupeau bovin.

mais ; elevage ; RHD

Rendement et digestibilité assurés avec les maïs HDI

Les 12 maïs fourrage HDi® sont issus d’un programme de recherche spécifique Limagrain et obtiennent des résultats agronomiques
intéressants pour l’agriculteur :
• un excellent niveau de rendement, + 0,6 tMS / ha constaté par rapport à la moyenne du marché depuis deux ans, associé à des rendements réguliers,
• une bonne vigueur de départ,
• la tolérance à la verse et aux maladies (helminthosporiose),
• une haute valeur alimentaire grâce à une excellente digestibilité des fibres,
• une aide à la maîtrise du risque d’acidose,
• un maïs qui produit plus d’énergie digestible (UF) pour un coût alimentaire maîtrisé.

Adapter le choix des maïs selon les typologies de ration

Parce que la qualité de la nourriture distribuée aux animaux est primordiale, les éleveurs savent qu’il existe des différences variétales importantes dans l’offre de maïs fourrage disponible. D’abord au champ en agronomie (vigueur au départ, tolérance aux aléas climatiques, rendement, …) et aussi en valeur alimentaire. Le choix du maïs ensilage, qui constitue 40 % de la ration des
vaches laitières, dépend du type de ration et de la proportion de maïs dans la ration.

Trois types de ration sont fréquemment distribuées :
• les rations à dominante maïs, avec plus de 60 % d’ensilage de maïs, privilégiées par 71 % des élevages laitiers français.
• les rations mixtes qui comptent entre 30 et 60 % d’ensilage de maïs, choisies par 23 % des élevages laitiers français.
• les rations à dominante fourragère avec moins de 30 % d’ensilage de maïs,

Ce panorama illustre l’importance du choix des variétés de maïs ensilage dans l’assolement. En effet, le maïs fourrage est composé
de 54 % MS (matière sèche) d’origine fibres comprenant feuilles, tiges, rafles et spathes. La vache, qui est un ruminant, est le seul animal capable de valoriser ces fibres grâce à son rumen qui extrait 80 % de l’énergie de son alimentation. La quantité de fibres valorisée par la vache peut varier en fonction du maïs et de l’équilibre de la ration. Ainsi, 30 % à 40 % de l’énergie digestible d’un fourrage de qualité sont déterminés par la quantité et la digestibilité de ses fibres.

Choisir le maïs le plus adapté

Pour les rations à dominante maïs : les éleveurs s’orienteront vers des maïs typés fibres et dotés d’un amidon plutôt by-pass (digéré
plus lentement dans l’intestin que dans le rumen) pour sécuriser la ration et éviter le risque d’acidose. Le choix de fourragères
concentrées en énergie et en protéines sera aussi opportun pour équilibrer et compléter la ration.

Pour les rations à dominante fourragère : l’éleveur optera pour des maïs typés fibres ou des maïs plus chargés en amidon. Dans ce cas, le risque d’acidose sera limité par le faible pourcentage de maïs dans la ration.

Le maïs HDi®, réponse adaptée à toutes les rations

Les variétés de maïs fourrage avec des fibres hautement digestibles affichent un profil nutritionnel intéressant pour les éleveurs laitiers.
Les maïs HDi® affichent + 1,5 point de Dinag* par rapport à la moyenne des autres variétés de maïs ensilage du marché, soit +0,01 UF/kg de maïs. Cette haute digestibilité des maïs HDi® permet aux éleveurs laitiers de les incorporer dans tous les types de ration sans craindre le risque d’acidose.

Les maïs hautement digestibles s’affirment comme des atouts majeurs pour élaborer les rations en fonction des fourrages disponibles sur l’exploitation et pour mettre en oeuvre une complémentation adaptée.

Une expérimentation unique pour comparer les performances entre maïs et maïs HDI

Le comparatif « Silo 100 % HDi® » est une expérimentation proposée par LG aux éleveurs souhaitant comparer les performances zootechniques de deux variétés de maïs différentes. Le protocole est simple. Cultivées dans les mêmes conditions, deux variétés de maïs fourrage sont récoltées en pur et ensilées séparément dans deux silos distincts. Après la période de fermentation et de stabilisation du maïs ensilage, les deux silos sont comparés dans des séquences d’alimentation alternées : une même ration, seul l’ensilage de maïs change. En pratique l’éleveur alimente son troupeau d’abord sur le silo témoin pendant 1 à 2 mois puis change pour passer sur le silo 100 % HDi® pendant 1 à 2 mois. Puis les animaux reçoivent à nouveau le maïs témoin avant de revenir sur le maïs HDi®. Pendant toute la durée de l’expérimentation, les performances de production (lait produit, coût de la ration, …) et la santé du troupeau sont suivis.

Les résultats de l’expérimentation menée auprès de 1300 vaches dans 15 exploitations depuis 2016 montre :
• + 0,55 litre de lait / vache / jour
• + 0,5 g/L de Taux Protéique
• + 0,3 g/L de Taux Butyreux
• + 106 g de matière sèche utile (g/VL/j)

La valeur alimentaire, au coeur de la sélection Limagrain

Engagé dans la sélection du maïs fourrage de longue date, LG a toujours été précurseur dans l’amélioration de la valeur alimentaire du maïs. Fort de ces récents résultats et grâce aux moyens importants qu’il a engagés dans la recherche, LG travaille quotidiennement à continuer d’apporter dans les années à venir des solutions innovantes à tous les éleveurs.

Le maïs fourrage, une longue histoire chez Limagrain

LG et le maïs fourrage ont une longue histoire qui a débuté dans les années 1970 avec la naissance d’un programme de sélection spécifique au maïs fourrage en 1977 et avec le lancement de LG 11 et LG 5 qui ont permis le développement du maïs fourrage dans les zones d’élevage.

Dans les années 1980, LG a initié les premiers travaux sur la digestibilité du maïs fourrage et a été l’un des premiers semenciers dans les années 1990, à développer la spectrométrie dans le proche infrarouge pour mesurer en routine la valeur alimentaire du maïs.

Dans les années 2000, le groupe augmente également sa capacité d’évaluation des hybrides (phénotypage) sur les critères de valeur alimentaire, par l’adaptation des méthodes de mesures par spectrométrie, sur les ensileuses, donc avec une réponse directement au champ.

La place du maïs fourrage dans la recherche

LG accorde une large place de la recherche maïs au fourrage. Le groupe a divisé ses programmes de sélection européens en cinq zones géographiques, dont deux dédiées pratiquement exclusivement au maïs fourrage. Les hybrides fourrage sont aujourd’hui évalués sur 100 000 à 150 000 micro-parcelles chaque année dans 10 stations à travers l’Europe.

La prise en compte de la valeur alimentaire

Chez LG, la valeur alimentaire est prise en compte à tous les stades de la sélection. Il faut tester environ 40 000 candidats de sélection
pour développer un nouvel hybride HDi®.