Le Passeport Protéine, une solution pour sécuriser la qualité des blés

Quel que soit le débouché, la teneur en protéine des blés joue un rôle majeur dans la qualité des produits céréaliers (pains, pâtes…). En plus du choix variétal, la fertilisation du blé a toute son importance pour atteindre un taux de protéines élevé. C’est pourquoi Yara a développé le Passeport Protéine, une solution de nutrition sur blé permettant aux agriculteurs de conjuguer rendement et qualité, et ainsi de mieux valoriser leur récolte dans des débouchés qualitatifs.

passeport protéine ; yara

Sécuriser les débouchés : c’est bien dans cette optique que se réfléchit aujourd’hui la fertilisation des blés. Que vaut un bon rendement si le taux de protéines n’est pas au rendez-vous ? Pour accompagner les agriculteurs dans l’atteinte de leurs objectifs tant quantitatifs que qualitatifs, Yara a développé le Passeport Protéine.

passeport ; protéine

La teneur en protéines des blés : un enjeu stratégique pour la filière céréalière

Critère primordial pour tous les débouchés, en France comme à l’export (Figure 1), le taux de protéines est un des principaux indicateurs utilisés pour qualifier un lot de blé lors de la collecte. Clé d’entrée de la grille de classement des blés français définie par l’interprofession céréalière, la teneur en protéines est une mesure importante, car elle est étroitement corrélée à des propriétés technologiques telles que la force boulangère, ainsi qu’à des caractéristiques de produits finis telles que la texture et l’aspect. Ainsi, la filière meunerie française recherche des blés avec un taux de protéines compris entre 11,5 et 12,5% pour les blés panifiables et supérieur à 14% pour les blés de force. 

qualité ; céréales

Figure 1 : La teneur en protéines des blés, critère primordial pour l’ensemble des débouchés

Relever le taux de protéines des blés : un objectif pour la collecte française

La teneur en protéines des blés tendres peut varier au champ entre 10 et 13 % selon le climat, les variétés et les pratiques culturales. Pour faire face à la lente érosion des teneurs en protéines des blés français au début des années 2010 (Figure 2), la filière Céréales s’est mobilisée en lançant en 2014 le « Plan Protéine Blé Tendre » porté par Intercéréales et FranceAgriMer. Parmi les 6 grands axes de ce plan, figure la sensibilisation des agriculteurs et des conseillers à la gestion de la fertilisation (formes N, fractionnement et pilotage). Ce critère est en effet reconnu pour la maîtrise du taux de protéines et également mis en avant par l’ANMF* dans ses recommandations pour la qualité des blés meuniers. Les actions mises en œuvre ces dernières campagnes ont ainsi permis de maintenir un taux moyen supérieur ou égal à 11,5% pour les blés tendres à l’échelle nationale, malgré encore de fortes disparités régionales et des années exceptionnelles sur le plan climatique (Figure 2).

protéine ; céréales ; teneur

Figure 2 : Evolution de la teneur moyenne en protéines des blés tendre dans la collecte française depuis 1996 (Source : FranceAgriMer)

Le Passeport Protéine : la solution de nutrition pour accompagner les agriculteurs dans leurs objectifs qualité

Fruit du savoir-faire et de l’expertise du groupe et d’une étroite collaboration avec les distributeurs français, le Passeport Protéine de Yara apporte aux agriculteurs une réponse technique adaptée à leurs problématiques locales. En combinant différents leviers agronomiques, tels que la performance de l’azote nitrique, la synergie entre azote et soufre et le pilotage, le Passeport Protéine constitue une solution simple pour conjuguer rendement et qualité des blés et ainsi sécuriser tous les débouchés.

*ANMF = Association Nationale de la Meunerie Française

Atteindre les 11,5 % de protéines en blé, l’explication en vidéo de Clémence Sergent, chef de marché grandes cultures chez Yara France

Teneur en protéine : les 6 leviers à connaître

Retrouvez les étapes clés qui font de la fertilisation azotée un des meilleurs alliés au côté du choix variétal pour maîtriser la teneur en protéines des blés :

  1. Calculer la bonne dose
  2. Choisir la forme d’azote la plus efficace
  3. Fractionner de manière adaptée
  4. Piloter pour mieux décider
  5. Renforcer l’action de l’azote avec le soufre
  6. Compléter par des apports foliaires