Les points clés de la protection biocontrôle pour allier efficacité et baisse des IFT

De Sangosse - Mardi 11 octobre 2021

Considérées comme une réponse aux attentes sociétales grâce aux baisses d’IFT ou aux productions zéro résidu, les solutions de biocontrôle font partie intégrante de la boîte à outils de l’agroécologie. Rappel de leurs bénéfices et des clés pour les intégrer au mieux dans les programmes de protection de toutes les cultures pour toutes les agricultures.

biocontrôle ; de sangosse

Le socle commun aux nouveaux modèles agronomiques de protection des cultures : réduire l’impact des intrants pour favoriser les équilibres naturels dans les écosystèmes. Les solutions de biocontrôle s’intègrent pleinement dans cette stratégie. Elles sont d’ailleurs largement plébiscitées par les agriculteurs et viticulteurs dans le cadre des démarches de qualité, de certification HVE ou encore en agriculture biologique.

Diminution de l’IFT fongicide

Les producteurs en recherche de réduction d’IFT le savent déjà, les solutions de biocontrôle ne sont pas comptabilisées dans les calculs d’IFT. Combinées à un produit phytosanitaire conventionnel, le biocontrôle permet de réduire les doses apportées. Pour autant, les baisses d’IFT ne s’envisagent qu’avec l’assurance d’une performance technique de haut niveau. C’est la promesse de certaines solutions déjà existantes.

  • Commercialisé au printemps 2021, le fongicide biocontrôle Échiquier, cible la fusariose du blé. Il est recommandé pour diminuer la dose du fongicide partenaire. L’IFT est réduit jusqu’à 50%. Les partenaires à moduler sont des spécialités homologuées contre la fusariose telles que les triazoles par exemple.  
  • Pygmalion, innovation fongicide de biocontrôle sera lancé dès cette campagne contre la septoriose du blé et le mildiou de la pomme de terre. Cette solution a déjà été largement travaillée par les instituts techniques et fait partie des solutions d’avenir pour des grandes cultures encore plus vertueuses. 
  • En vigne, l’anti-mildiou LBG-01F34, et l’anti-oïdium Armicarb s’inscrivent dans ce même raisonnement. En 2020, le château de Boursault, en Champagne, membre du réseau fermes Biosolutions De Sangosse a réduit de 6 % l’IFT de son programme de référence alors que cette exploitation est déjà impliquée dans une démarche de réduction des intrants.  

Baisse des insecticides et molluscicides conventionnels

Dans la lutte contre les ravageurs, le pilotage des odeurs devient clef : que ce soit via des phéromones sexuelles diffusées intelligemment dans les parcelles contre les tordeuses avec la technologie Puffer en vigne et en arboriculture, ou via la combinaison d’un système de piégeage et de kairomones attractives contre les bruches de la lentille et de la féverole. Ces technologies permettent de réduire à zéro et très simplement l’utilisation d’insecticides conventionnels dans les parcelles.   

Une autre technologie de lutte sans IFT est l’utilisation largement répandue de trichogrammes pour la lutte contre la pyrale dans les maïs. 

Dernier exemple concret de réduction d’IFT dans  le cadre de la stratégie anti-limaces : l’application de l’appât biocontrôle IronMax Pro en solo avec l’épandeur Spando. Composé de phosphate ferrique IPMax, IronMax Pro ramène tout simplement l’IFT à zéro. Les appâts sont positionnés à la période du semis ou en début de cycle de la culture, lorsque le réseau d’observations Ciblage alerte du risque de dépassement des seuils de nuisibilité 

Absence de résidus phytos

Des solutions de biocontrôle sont exemptes de résidus et permettent de protéger les parcelles au plus près de la récolte.  C’est le cas avec le botrytis de la vigne, Armicarb qui peut être employé jusqu’à un jour avant la récolte. Même approche dans la gestion des résidus avec Flipper contre les pucerons et les thrips en maraîchage notamment.

Gestion des résistances

Pour limiter les phénomènes de résistance, les notes communes publiées chaque début d’année par les instituts techniques et de recherche, l’Anses, le ministère de l’Agriculture, recommandent d’alterner les matières actives. Contre le mildiou, le fongicide de biocontrôle LBG-01F34 composé de phosphonate de potassium ne présente pas de résistance connue. C’est également le cas de Pygmalion attendu en blé et en pomme de terre dès cette année. De même, Armicarb, Echiquier ou encore Flipper, de par leur mode d’action original, sont des outils puissants et complémentaires dans la gestion pérenne des efficacités contre les maladies et ravageurs de nos cultures.