Tout savoir sur les herbicides grâce au E-training

FMC - Jeudi 9 décembre 2021

L’information tout de suite et tout le temps. Pour répondre à cet impératif du web et partager le savoir de ses experts, FMC propose des modules E-training : des vidéos d’une dizaine de minutes pour approfondir ses connaissances pratiques sur les grands enjeux d’une protection durable des cultures.

feuille ; herbicide

« La résistance est la capacité, naturelle et transmissible à la descendance, de certains individus d’une population de mauvaise herbe de survivre à un traitement phytosanitaire qui permettrait normalement un contrôle efficace. » Voici la définition de la résistance telle que l’Herbicide Resistance Action Committee, ou HRAC, l’a établie en 1993. Mais concrètement au champ, quelles sont les espèces touchées, pourquoi et comment se développe-t-elle ?

Des modules E-training disponibles tout le temps

Pour approfondir des notions aussi importantes que la résistance des adventices aux herbicides, FMC propose des modules d’apprentissage sur le web ou E-learning. En une dizaine de minutes seulement, suivez une formation dispensée par un expert sur des sujets majeurs pour contribuer à une protection durable des cultures. Le module est gratuit et libre d’accès, disponible 24h/24 et 7j/7.

La résistance, une problématique mondiale

Dans le cadre du module « Herbicide », Maxime Bénichon, chef produit herbicide, explique par exemple que la résistance touche 235 espèces, dicotylédones majoritairement, et ce, dans plus de 65 pays. De très nombreuses familles chimiques sont concernées et 22 des 25 modes d’action sont aujourd’hui sujets à des résistances.

Dans la majorité des cas, la résistance provenait d’une situation de monoculture avec une utilisation quasi systématique de sulfonylurés sans aucune alternance.
fmc ; herbicide
Maxime Bénichon
Chef produit herbicide

Des réponses pratiques pour identifier les facteurs de risque

Biologie des espèces, fréquence dans la rotation et pratiques à risque (emploi répété du même produit, monoculture, mauvaise gestion du stock semencier, etc.) sont les trois principaux facteurs d’apparition d’une résistance au champ. Dans le cas du coquelicot par exemple, Maxime Bénichon explique que « Dans la majorité des cas que nous avons relevés, la résistance provenait d’une situation de monoculture avec une utilisation quasi systématique de sulfonylurés sans aucune alternance. Dans de nombreuses situations aussi, après un échec de désherbage, l’exploitant n’a pas effectué de rattrapage avec un mode d’action efficace. Enfin dans quelques situations, la résistance provenait d’une contamination entre les parcelles avec les outils de récolte. »

Accédez aux modules E-training de FMC en suivant ce lien : http://www.fmcagro.fr/fr/nos-expertises/e-training/