InVivo se recentre sur ses trois métiers

« Nous avons transformé notre organisation, développé tous nos métiers, reformé notre gouvernance en profondeur… Et pourtant, de nouveaux projets sont lancés. 2019 s’annonce comme une année pivot », déclarait Philippe Mangin, président d’InVivo, en ouverture du congrès parisien, le 19 décembre. Le groupe a décidé de se recentrer sur trois activités : Bioline, le retail et la branche Wine. « Le « cash » récupéré par la cession de Néovia servira à financer des projets de croissance de ces trois métiers et financer la digitalisation d’Invivo », expliquait la veille en conférence de presse Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo. 2019 marquera aussi l’élaboration de son projet « 2030 by InVivo ». Quatre ans après le lancement du premier plan « 2025 by InVIvo », le pari est en partie gagné. L’Ebidta est passé de 38 M€ à 163 M€ sur l’exercice 2017/2018. « Nous sommes en bonne voie pour atteindre les 300 M€ d’Ebidta fixés pour 2025 », estime Thierry Blandinières.

Bioline : l’international comme relai de croissance
Le chiffre d’affaires de Bioline a progressé de 60 % sur l’exercice 2017/2018 pour atteindre 340 M€. Un boom qui s’explique par le rachat de Phyteurop et la demande toujours croissante de semences de soja au Brésil. « Dans le Mato Grosso, la demande de semences dépasse largement l’offre et il n’existe pas encore assez de structures industrielles pour la demande. Aujourd’hui, notre seule limite de de croissance, c’est notre capacité de production », estime Laurent Martel, directeur de Bioline. L’international pèse pour 70 % du chiffre d’affaires de cette entreprise. Dans le plan « 2030 by InVivo », l’Afrique devrait constituer un nouvel axe de développement.

Une digitalisation de tous les métiers
Dans la branche Wine, l’objectif est de multiplier le chiffre d’affaires par deux d’ici à trois ans pour atteindre 300 M€. Sur le volet retail, le groupe vise les 150 magasins Bio&Co et Frais d’ici à l’horizon 2025. Ces trois métiers devraient aussi considérablement se digitaliser. InVIvo a créé sa « Digital Factory », une équipe pour accélérer la transformation digitale du groupe, en interne comme en externe. Le partenariat noué avec Microsoft France s’inscrit dans cette stratégie. Il servira à créer des places de marchés en ligne, de plateformes pour fluidifier le trading de céréales, mais contribuera aussi, à la création de nouveaux outils à destination des agriculteurs, avec Smag.

InVIvo en chiffres sur 2017/2018
– CA Groupe : 5,19 Mrd€
– Ebidta : 163,2 M€ (+30 M€ par rapport à 2016/2017)
– CA Bioline : 340,6 M€

Autres articles du fil

Un nouveau directeur à la tête de Perriol-Jeudy

23 septembre 2021
Bruno Piquandet a pris la tête du négoce de pommes de terre Perriol-Jeudy le 1er juillet. Créée en 2017, par la fusion de l’activité plants de pommes de terre de Jeudy SAS et de Perriol SAS, cette structure fournit les professionnels et les amateurs en plants de pommes de terre et bulbes...