La biodiversité animale encore peu présente dans les élevages

Les croisements d’animaux de races différentes sont peu répandus en France. L’Inrae estime pourtant que la pratique pourrait permettre une meilleure résilience des élevages. Explications avec Marie-Angélina Magne, maître de conférence en zootechnie et chercheur à l’Inrae de Toulouse.
élevage, vaches, Afterres 2050
Crédit photo : Chambre agriculture de Normandie
La biodiversité animale est présentée comme un levier prometteur pour la transition agroécologique et la résilience des élevages. « Pourtant, que ce soit pour les éleveurs, les conseillers, les enseignants et les chercheurs, il est difficile de l'envisager comme un atout dans la gestion des troupeaux », explique Marie-Angélina Magne, maître de conférence en zootechnie et chercheur à l’Inrae de Toulouse. Elle s’exprimait à l’occasion d’un webinaire organisé le 19 janvier par le GIS Avenir d’élevage.

Jouer la complémentarité entre espèce

Sur une exploitation, la diversité animale peut être recherchée entre les espèces. « Il s’agit par exemple d’avoir des…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil