La confédération paysanne s’inquiète des conséquences des mesures contre la peste porcine africaine pour les élevages de plein air

Dans un communiqué du 24 mai, la Confédération paysanne s’inquiète de l’instruction du ministère de l’Agriculture sur le renforcement des mesures de protection contre la peste porcine africaine pour les élevages de plein air. Une alerte qui concerne la pose de clôtures. « Cette instruction ne prévoit pas d’alternative au grillage fixe, explique le syndicat. Elle est inadaptée à la particularité des élevages porcins de plein air en rotation parcellaire, extensifs ou présents dans des zones difficiles. Comment planter des clôtures fixes de 1m30 sur des terrains montagneux, calcaires et pour des exploitations de plusieurs dizaines d’hectares ? » Lors de la réunion du Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (Cnopsav), le 24 mai à la DGAL, la Confédération paysanne a réitéré sa proposition de mener une expérimentation afin de valider des moyens de protection adaptés à ces modes de production. « Cette possibilité a été rejetée sans aucune explication », ajoute-t-elle.