… la filière s’inquiète

Pour Sofiprotéol, « la position du parlement européen, si elle était confirmée, menacerait  notre outil industriel redimensionné en juillet dernier pour un taux d'incorporation de 7 % ». Ce projet doit encore être adopté par les institutions européennes. Pour Jean-Philippe Puig, directeur général de Sofiprotéol, « ces incertitudes réglementaires créent un manque de visibibilité pour notre filière qui dissuade d'investir et d'innover ». En revanche, la filière note « avec satisfaction que les députés européens ont rejeté les données retenues par la Commission sur le changement indirect d'affectation des sols », même si l'impact de l'utilisation des terres agricoles dans le calcul des gaz à effet de serre pourrait être pris en compte à partir de 2020. D'ici là, les experts doivent se mettre d'accord sur cette notion, encore controversée aujourd'hui.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *