La FNSEA et le SNVEL dénoncent le projet de loi d’avenir agricole sur les médicaments vétérinaires

A l’occasion du Space, la FNSEA et le Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, SNVEL, ont interpellé le gouvernement sur la loi d’avenir agricole et l’usage raisonné des médicaments vétérinaires. Dénonçant un paragraphe du projet de texte durcissant l’encadrement des prescriptions de médicaments. « La loi va toucher l’usage et la prévention. Le détenteur de l’ordonnance pourra même interpeller les autorités s’il a un doute sur la prescription », s’est indigné Pascal Ferey, vice-président de la FNSEA. Les deux organismes dénoncent l’amalgame fait entre médecine humaine et animale, aux pratiques différentes. Ils expliquent que la filière vétérinaire est consciente de l’importance de conserver l’efficacité des antibiotiques, et que l’on peut leur faire confiance sur les messages apportés aux agriculteurs en matière de bonnes pratiques. S’ils sont d’accord pour assurer la traçabilité de la prescription, ils rejettent toute identification des agriculteurs recevant le conseil. Et indiquent qu’ils intenteront des actions en justice en cas d’obligation pour le vétérinaire d’indiquer des informations personnelles. « Par ailleurs, le gouvernement entend déléguer l’ensemble du processus d’autorisation à l’Anses. Il faut alors qu’on lui donne les moyens de son indépendance », insiste Pascal Ferey. Les professionnels défendent le bilan sanitaire d’élevage, BSE, dans le cadre de la politique de santé animale. « Mais, faute de financement, certains élevage attendent cette visite depuis plusieurs années », déplore Pierre Buisson, président du SNVEL.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *