Label bas-carbone, les financeurs privilégient l’image à la performance

Deux ans après le lancement officiel du label dédié, la question de l'attrait des projets bas carbone pour les financeurs reste centrale. Alors que la validation de la méthode pour les grandes cultures est toujours attendue, un webinaire organisé le 22 juin par Pluriagri, a permis de souligner le manque de financeurs et citer des moyens de les attirer davantage.
Si elle se fait toujours attendre, la validation de la méthode bas carbone pour les grandes cultures continue d'animer de nombreux échanges. Après un premier webinaire organisé sur le thème de la rémunération des services environnementaux, l'association Pluriagri a consacré, le 22 juin, un deuxième événement davantage orienté sur l'enjeu du financement. « La performance, c'est à dire stocker un maximum de carbone à l'hectare, n'est pas le critère le plus recherché, prévient Olivier Gleizes, expert carbone au Centre national de la propriété forestière, CNPF, qui revenait sur l'expérience de la filière bois, où…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil