L’ACS pourrait permettre des gains de rendement dans les régions sèches

Pour mieux comprendre l'impact de l'agriculture de conservation des sols sur les rendements, une équipe de chercheurs de l'Inrae, du Cirad et d'AgroParisTech a réalisé une cartographie au niveau mondial des conséquences sur les rendements de ce modèle. Si d'importantes variations géographiques ont été observées, l'étude conclut à une « forte probabilité de gain de rendement dans les régions sèches ».
Copyright : icosysteme
Si les bénéfices de l'agriculture de conservation des sols, notamment pour stocker du carbone, sont reconnus, ce modèle permet-il d'assurer des niveaux de rendement équivalent à des pratiques plus conventionnelles ? Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs de l'Inrae, du Cirad et d'AgroParisTech ont étudié au niveau mondial, dans 50 pays, « la probabilité de gain de rendement lors du passage des systèmes de travail du sol conventionnels à l'ACS  ». Pour cela, des algorithmes ont été mis en place, basés sur 4403 observations de rendement sur huit cultures (orge de printemps, coton, maïs, riz, sorgho, soja, tournesol,…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil