L’Acta livre des premiers résultats sur l’effet biocide de la biofumigation

L’Acta se penche sur la biofumigation, une pratique qui s’appuie sur la libération dans le sol de molécules biocides produites naturellement par des plantes de services. Un phénomène qui permettrait de réduire l’usage de produits phytosanitaires. Le réseau des instituts techniques livre des premiers résultats.
biofumigation ; radis fourrager
La radis fourrager peut être utilisé pour la biofumigation.
Les recherches avancent sur la biofumigation. Cette pratique agronomique consiste à broyer finement un couvert végétal, mis en place pendant la période d’interculture, et à incorporer les résidus dans le sol. Son intérêt réside dans la libération de substances naturellement produites lors du développement de certaines plantes, susceptibles de réduire la pression biotique pour la culture suivante.

Les brassicacées libèrent des glucosinolates

Les brassicacées sont l'une des familles les plus utilisées : leurs vacuoles contiennent des glucosinolates. Une fois les vacuoles cassées, les enzymes vont attaquer les glucosinolates. « Ce sont les produits de ces dégradations qui ont des propriétés…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil