L’AFBV veut accélérer sur les NGT, avant les élections européennes

L’Association française des biotechnologies végétales, AFBV, presse la Commission européenne à resserrer son agenda concernant l’adaptation de la réglementation sur les nouvelles techniques génomiques. Le risque est grand de voir nettement repousser ces discussions avec le renouvellement du Parlement européen en 2024.
AFBV
De gauche à droite : Claude Ménara, administrateur de l’AFBV, Georges Freyssinet, président de l’AFBV, Philippe Gate, membre de l’Académie d’agriculture
L’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) craint que les discussions sur l’évolution de la réglementation sur les OGM n’aboutissent pas avant les élections européennes de 2024. C’est ce qu’elle a exprimé le 11 octobre, à l’occasion de son colloque annuel à Paris, dédié cette année aux biotechnologies végétales et au changement climatique. Les nouvelles techniques génomiques (NGT) sont actuellement intégrées dans le champ de la réglementation sur les OGM, ce qui freine leur développement. L’AFBV et les semenciers plaident pour une adaptation de cette législation.

L'échéance des européennes

George Freyssinet, président de l’AFBV, retrace le planning. Si…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil