L’appro-collecte bien représentée aux rencontres francophones légumineuses

La deuxième édition des Rencontres francophones légumineuses (RFL2) était organisée les 17 et 18 octobre près de Toulouse, à l’initiative de l’Inra, du Cirad, de Terres Univia et Terres Inovia. Plus de 300 personnes ont participé à ces deux jours de conférences. La distribution était au rendez-vous, y compris dans les rangs des partenaires, parmi lesquels Arterris et Qualisol.

« Enrichir notre stratégie et nos réseaux »
« Nous sommes impliqués dans le projet Légitimes, qui a été fondateur pour le lancement de ces RFL, en 2016, explique Alain Larribeau, directeur du pôle agronomique de Qualisol (photo). Nous voulions marquer le coup et nous investir dans l’évènement. » La coopérative implantée dans le Tarn-et-Garonne présentait notamment sa gamme de légumineuses conditionnées en bio. « Notre souhait est d’élargir cette gamme au conventionnel, détaille Alain Larribeau. Cet évènement, qui rassemble les meilleurs experts concernant ces cultures, est une occasion unique d’enrichir notre stratégie et nos réseaux. »

Renforcer le lien entre recherche et terrain
Plusieurs professionnels travaillant pour des structures de l’appro-collecte ont fait le déplacement, en tant que « simple » participant : Céréales vallée, Cavac, Limagrain ou encore Dijon Céréales. « Les RFL offrent une vision large sur la thématique ‘légumineuses’, avec des focus sur la production, la transformation et la consommation, témoigne Pierre-Yves Dymarski, responsable R&D chez Dijon Céréales. Nous menons quatre projets collaboratifs centrés sur ces cultures : notre approche est très filière. J’ai ainsi pu rencontrer l’ensemble de nos partenaires. »

Les organisateurs se félicitent de cet intérêt : si les RFL2 avaient une forte dimension « recherche », davantage d’acteurs de terrain sont attendus pour la prochaine édition. Rendez-vous en 2021 pour les RFL3, à Angers.

Autres articles du fil

Le Snia identifie deux priorités pour la présidence française de l’UE

21 janvier 2022
Le secteur de la nutrition animale a identifié deux dossiers essentiels pour lesquels une stratégie et une harmonisation européenne est indispensable : la lutte contre la déforestation importée et la révision de la règlementation additifs en alimentation animale. Pour le premier, un projet...