Le Collectif de la troisième voie présente ses atouts à l'Élysée

Le Collectif de la troisième voie, lancé en juin 2018, continue à se structurer. Les quatre démarches d’agriculture durable posent leurs jalons au niveau politique. Une délégation a été reçue le 18 décembre à l’Élysée par la conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural d’Emmanuel Macron, Audrey Bourolleau.

Les présidents de Bleu-blanc-cœur, Demain la Terre, le Blé de nos campagnes et des Vignerons en développement durable ont formulé une offre de service : à l’heure de la rédaction des décrets d’application de la loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable », ils ont proposé leur aide pour la définition d’une production « saine et durable ».

Une offre de service et des attentes

Le Collectif a également exprimé ses attentes. Et notamment l’établissement, par les pouvoirs publics, d’un cadre de définitions et de références permettant « d’expérimenter, de développer et de valoriser les nouvelles formes d’agriculture responsable », pour en faire des modèles mieux reconnus, à l’instar du bio. Les membres du Collectif espèrent également que les produits issus de la troisième voie seront éligibles pour remplir l’objectif, en restauration collective publique, de 50 % de l’approvisionnement en « produits issus de l’agriculture biologique, locaux ou sous signe de qualité », au 1er janvier 2022.