Le développement de l’agriculture biologique limité par les disponibilités en azote

Des chercheurs français ont publié une étude mettant en relation les disponibilités en azote utilisable en agriculture biologique et le développement de ce modèle de production à l’échelle mondiale. Des leviers ont été identifiés pour parvenir à l’équilibre et répondre à la demande alimentaire.
paysage agricole ; campagne ; budget ; institut montaigne ; Règlement bio européen
© CC pxhere
Une étude menée par une équipe de recherche de l’Inrae et de Bordeaux Sciences Agro, et publiée le 13 mai dans Nature Food , révèle que le développement de l’agriculture biologique à l’échelle mondiale est conditionné par le risque de déficit d’azote. En effet, l’azote issu de fertilisants de synthèse n’est pas autorisé en agriculture biologique. Le modèle repose majoritairement sur les effluents d’élevage et la culture de légumineuses, qui captent et fixent l’azote atmosphérique. Or, l’utilisation des effluents est fortement restreinte depuis le 1er janvier 2021 et la mise en…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil