Le maïs devrait rester l’un des grands drivers du marché des céréales en 2021/22

Les stocks, relativement bas chez les principaux pays exportateurs de maïs, ne laissent aucune place au moindre accident climatique pour la campagne à venir. Pourtant, la récolte brésilienne est déjà annoncée en forte baisse. La sole américaine n’a pas augmenté autant qu’espérée et la Chine reste toujours massivement aux achats. Le marché risque de se tendre.
« Aujourd’hui, le blé est moins cher que le maïs car cette céréale commence à manquer. À l’échelle mondiale débute une phase de rationnement du maïs avec une incitation à utiliser de plus en plus de blé en alimentation animale, expliquait Sébastien Poncelet, analyste chez Agritel, lors d’un webinaire dédié au maïs le 8 juillet. L’une des solutions pour calmer la situation était que les États-Unis augmentent leur sole de maïs. La hausse atteindrait 2 % ce qui est loin d’être suffisant ! Le paramètre « rendement » ne devrait pas, lui non plus, suffire. Alors que les stocks américains sont au…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil