Le retrait de molécules phytos pourrait menacer le développement des légumineuses

Si le plan protéines ambitionne d'accroître les surfaces en légumineuses, les retraits de molécules, les impératifs de réduction d'utilisation de pesticides et le manque de financement de la recherche menacent cette ambition, ont affirmé plusieurs intervenants des Rencontres francophones sur les légumineuses, organisées fin février.
Pour atteindre les objectifs du plan protéines, les surfaces dédiées aux légumineuses devront fortement augmenter au cours des prochaines décennies. Mais comment conjuguer cette ambition avec celle de la réduction de l'utilisation des phytosanitaires ? « C'est un double challenge, pose Guénaëlle Hellou, enseignante-chercheuse en agronomie à l'Esa d'Angers, à l'occasion des Recherches francophones sur les légumineuses, organisées les 24 et 25 février. Moins de phytos pourrait augmenter la variabilité des rendements de légumineuses, et donc avoir un impact sur les cultures suivantes. Si les rendements baissent, les services attendus des légumineuses seront moins au rendez-vous. »

Des risques d'impasse

Une situation…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil