Les amateurs ne peuvent plus utiliser de pesticides de synthèse

Un avis paru au JO du 22 décembre 2018 fait le point sur l’interdiction, à compter du 1er janvier 2019, de la mise sur le marché, la délivrance, l’utilisation et la détention de certains produits phytosanitaires pour un usage non professionnel. Il rappelle que les spécialités de biocontrôle, les produits à faible risque et ceux destinés à l’agriculture biologique restent autorisés aux utilisateurs amateurs. Le ministère de l’Agriculture a publié la liste des spécialités restant autorisées pour les amateurs et celle des spécialités qui leur sont désormais interdites.

Utilisation possible par les professionnels

Les produits de la gamme d’usages « amateur », qui portent la mention « emploi autorisé dans les jardins » (EAJ), restent toutefois autorisés pour les utilisateurs professionnels. L’avis stipule, par conséquent, que les stocks de ces produits « détenus par des distributeurs non professionnels peuvent être orientés en vue de leur écoulement vers les distributeurs de produits phytopharmaceutiques agréés pour la distribution de produits destinés aux utilisateurs professionnels ». Il précise par ailleurs que ces distributeurs peuvent vendre ces spécialités à des non professionnels, « dès lors que le recours à ces produits est nécessaire pour l’exécution d’un arrêté de lutte obligatoire contre les organismes nuisibles ».

Élimination dans des conditions sécurisées

Les produits non utilisés et leurs emballages détenus par les utilisateurs non professionnels doivent être apportés dans une déchetterie ou un point de collecte temporaire assurant la collecte des déchets diffus spécifiques (déchets chimiques ménagers). Des points de collecte temporaires peuvent également être mis en place, les coordonnées sont précisées sur le site internet de l’éco-organisme Éco-DDS.