Les autres brèves du 31 janvier 2017

Après avoir été porté à 20 ans, au lieu de 15, pour les nouvelles installations de méthanisation, les mécanismes de soutien devraient connaitre la même extension pour les installations existantes. Ségolène Royal a évoqué le sujet lors du Salon Biogaz de Rennes, le 26 janvier.
Terre OléoPro mise sur le Salon de l’Agriculture, du 25 février au 5 mars prochain, pour présenter au grand public le dénominateur commun entre l’alimentation humaine, la nutrition animale, l’énergie et la chimie renouvelables : les huiles et protéines végétales. Des animations ludiques permettront de mieux comprendre le lien entre ces cultures, la transformation des végétaux et les produits finis, nombreux dans notre quotidien. Une presse à colza permettra aux visiteurs de fabriquer eux-mêmes des tourteaux de colza.
Le Programme national nutrition santé repose sur les connaissances scientifiques. Au regard des données accumulées au cours des dix dernières années, une révision des repères de consommations alimentaires est proposée par l’Anses. (https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0103Ra-1.pdf))
Le 27 janvier, le comité permanent des végétaux, des animaux et des denrées alimentaires de l’Union européenne a refusé l’autorisation des maïs génétiquement modifiés (OGM) 1507 de Pioneer et le Bt11 de Syngenta, ainsi que le renouvellement de l’autorisation du MON 810 de Monsanto. Il n’a toutefois pas voté leur interdiction. Il revient désormais à la Commission européenne de rendre sa décision.
L’EARL Brayer, située dans l’Aisne, a rejoint le réseau des fermes de référence de Bayer. Ce dispositif teste des outils et pratiques de l’agriculture durable sur des thèmes comme la biodiversité, la protection des milieux, la sécurité des utilisateurs, l’optimisation des applications et les itinéraires culturaux. L’exploitation compte 110 ha de blé, 40 ha de betteraves, 30 ha de pommes de terre et 20 ha de légumes (épinards, pois, haricots). Le réseau des fermes de référence compte désormais sept exploitations.
Le Conseil constitutionnel censure, pour des raisons de forme, l’article 192 de la loi « égalité et citoyenneté » qui mettait en place une obligation d’introduire 20 % d’alimentation bio et locale dans la restauration collective publique. Au grand dam de l’association Agir pour l’environnement et de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui le déplorent dans un communiqué commun.  Le parcours compliqué de la proposition continue…
Les producteurs d’oléagineux français et allemands font front pour défendre les biocarburants de première génération. Réunis à Berlin le 25 janvier, la FOP (producteurs d’oléagineux et protéagineux français) et l’UFOP (association allemande de promotion des huiles et protéines végétales) demandent que les biocarburants conventionnels ne soient pas laissés pour compte au profit des « biocarburants avancés », comme l’envisage la Commission européenne .
Une web-série grand public qui donne la parole aux agriculteurs. C’est l’initiative de Terres OléoPro, la filière française des plantes riches en huiles et en protéines végétales. En 20 épisodes de deux minutes, les agriculteurs s’adressent directement aux consommateurs soucieux de l’origine des produits qu’ils trouvent dans leurs assiettes.
La société FMC lance l’application Glyfos Tools, un outil d’aide à la décision qui vise au bon positionnement des herbicides à base de glyphosate. Cette application prend en considération les paramètres météorologiques clés et le stade de développement des adventices. FMC développe les herbicides Envision 450, Gibson et Glyfos Dakar.
Un arrêté, publié au Journal officiel le 20 janvier, définit un élargissement de la zone de dépeuplement à titre préventif pour maîtriser l’épizootie d’influenza aviaire due au virus H5N8. Cette troisième extension porte le nombre de communes concernées par l’abattage préventif à 290. Au 25 janvier, 172 foyers H5N8 dans les élevages, dont 61 dans les Landes, et 12 cas dans la faune sauvage ont été confirmés et notifiés.
Le groupe Maiz’Europ’ lance son nouveau site web présentant toutes les activités techniques, économiques et syndicales de la filière maïs. Ce site est destiné aux producteurs de maïs et plus largement, aux autres professionnels de l’agriculture, aux journalistes, aux acteurs politiques en lien avec les questions agricoles… www.maizeurop.com
Les fongicides de biocontrôle Blossom Protect et Botector, composés d’Aureobasidium pullulans souche DSM 14940 et souche DSM 14941, ne sont plus distribués par De Sangosse, mais par Nufarm. La société autrichienne Bio-Ferm a en effet décidé de confier à cette dernière la commercialisation exclusive de sa gamme de biofongicides en France.
Lutter contre les maladies du bois de la vigne à l’aide d’un produit de biocontrôle est désormais possible. Vintec, de Belchim Crop Protection, vient d’obtenir une autorisation provisoire, valable jusqu’au 6 mai 2017.
Ballad, le biofongicide de DuPont déjà autorisé pour lutter contre le sclérotinia du colza, l’est désormais contre l’oïdium et l’alternaria.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil