Les fabricants d’aliments du bétail tentent d’incorporer des ingrédients meilleurs pour le climat

Les acteurs de la nutrition animale se penchent sur la décarbonation de leur activité. Parmi les leviers les plus forts : le choix des matières premières et le remplacement du soja brésilien.
De gauche à droite : Vincent Héral, responsabilité sociétale des organisations au Snia, Didier Gaudré, ingénieur nutrition animale à l’Ifip, Eloïse Mas, responsable matières premières et durabilité à LCA nutrition animale, Jean-Luc Cade, président de LCA nutrition animale, Josselin Le Cour Grandmaison, Innovation & Solution Manager chez Metex Noovistago, et Sandrine Espagnol, ingénieure Environnement à l’Ifip.
« Quand les ONG s’occupent de nos sujets, c’est que nous avons raté quelque chose ! » Cette phrase est de Jean-Luc Cade, le président de La coopération agricole nutrition animale. Il s'exprimait à l’occasion d’une conférence sur la décarbonation de l’alimentation animale, le 15 septembre au Space à Rennes, organisée par l’Ifip-institut du porc. Pour lui, ce sujet ne doit pas être occulté par les entreprises du secteur. « Il va falloir structurer nos filières. Nous devons avoir un coup d’avance, surtout quand la société civile s’invite dans le débat », a-t-il insisté.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil