Les GIEE au budget constant

Le projet de « loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt » se fixe comme objectif de préparer l’agriculture française au double défi de la compétitivité économique et de la transition écologique. Pour opérer cette mutation vers des modèles de production conciliant performances économique et environnementale, l’une des mesures phare du projet de loi est la création de groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) afin de s’appuyer sur des collectifs d’agriculteurs pour promouvoir les démarches économiquement et écologiquement performantes. Mais, visiblement, le ministère ne prévoit pas d’aides supplémentaires pour lancer ces GIEE. Lors d’une table ronde tenue à la Foire de Châlons-en-Champagne, mercredi 4 septembre, Eric Giry, chef de service à la Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires (DGPAAT) du ministère de l’Agriculture a tenu à rappeler que l’objectif des GIEE était de parvenir à « un mieux économique et un mieux environnemental ». Et qu’il n’y « aura pas de nouvelles aides ; les aides disponibles iront en priorité aux projets collectifs ». Régis Dubourg, directeur général de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture a précisé de son côté qu’il existait déjà en France 1400 « groupes » d’agriculteurs travaillant sur des projets bien précis comme la meilleure gestion de l’utilisation de l’eau et que cela représentait un véritable vivier pour un lancement rapide des GIEE.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *