Tout savoir sur les phytos aux Culturales 2019

Les phytos étaient bien représentés aux Culturales.

Vous n’avez pas pu aller aux Culturales ou pas eu le temps de passer sur tous les stands ? Référence-Appro vous propose le tour des 20 sociétés phytosanitaires qui exposaient aux Culturales 2019. Un coup d’oeil rapide via notre diaporama ou une lecture, firme par firme, des innovations présentées. A vous de choisir ! Approche intégrée, OAD, biostimulation, biocontrôle, anticipation des futures interdictions de triazoles et du chlorothalonil, AMM à court, moyen et long terme… chacun innove pour rester dans la course.

Action Pin : Heliosoufre S gagne du terrain contre la septoriose

Chez Action Pin, à côté des adjuvants, c’est le soufre qui était à l’honneur. « Heliosoufre S, décliné sous les marques Helioterpen Soufre, Biosoufre et Vertisoufre, a obtenu une extension d’homologation fin 2018 pour lutter contre la septoriose sur blé. Il commence à rentrer dans les programmes fongicides », note Sophie Coquin, responsable commerciale France pour l’activité agricole. Grâce à une dérogation de 120 jours, ces produits de biocontrôle en formulation liquide, avec des co-formulants à base de dérivés terpéniques issus du pin, avaient couvert 140 000 ha en 2018. En 2019, ils auraient protégé 250 000 ha.
« Mieux vaut un démarrage lent mais sûr, car les changements de produits exigent quelques vigilances », reprend Sophie Coquin. Et de recommander, pour l’utilisation du soufre, de ne pas laisser les cuves au soleil, de les rincer immédiatement et de bien vérifier les filtres. Au risque de voir les buses se boucher.
La société vise de nouvelles extensions d’usage : sur lin, une dérogation de 120 jours est en attente et une AMM devrait arriver l’an prochain ; sur colza, l’AMM est espérée d’ici 2 ou 3 ans.

Adama : le plein de nouveautés

Pour Adama, l’opportunité était donnée de présenter un lot de nouveautés ayant reçu leur AMM en 2019 : Merkur, un herbicide céréales composé de 80 g/l de flufénacet, de 20 g/l de diflufénicanil et de 333 g/l de pendiméthaline ; Fox, un herbicide contre les dicotylédones des colzas et céréales, composé de 480 g/l de bifénox ; Gusto 3, un molluscicide composé de 30 g/kg de métaldéhyde ; Mavrik Smart, l’insecticide nouvelle formulation de Mavrik Flo, à base de tau-fluvalinate. « Pour Mavrik, un nouveau marché s’ouvre sur céréales suite à la suppression des néonicotinoïdes, souligne Simon Cheylan, directeur marketing stratégique. Le produit a pris 10 % de part de marché à l’automne 2018. Nous sensibilisons les utilisateurs à la protection des auxiliaires, même à l’automne. » La société propose d’optimiser le positionnement des interventions grâce aux pièges connectés e-Gleek.

Des bidons révisés

La société mettait également en avant ses nouveaux bidons, travaillés avec des agriculteurs : poignée plus large, structures anti-dérapantes, suppression des opercules, bouchon plus facile à ouvrir avec des gants et sans opercule, évasement du bidon pour éviter l’effet glouglou, bande de niveau plus large.

Bientôt un folpel solo

Adama attend l’AMM d’un folpel solo, formulation 500 SC, à associer en T1 ou T2 pour lutter contre la septoriose. « L’objectif est de protéger les triazoles et SDHI qui restent sur le marché », note Simon Cheylan.
La société travaille également sur le développement de nouveaux produits de biocontrôle : insecticides, fongicides et nématicides. Pour ce dernier segment, une solution « originale » est attendue d’ici à 3 ans.

ASCENZA : Joystick et Bergame, pour désherber céréales et maïs

Mise en avant de 2 herbicides sur le stand Ascenza : Joystick, herbicide multicéréales, associe 3 molécules complémentaires (iodosulfuron, diflufénicanil et florasulame) et un phytoprotecteur (cloquintocet). Le produit au spectre large, dicotylédones et graminées, peut s’utiliser à l’automne et en sortie d’hiver. Pour la prochaine campagne, Ascenza le préconise également sur avoine. Le produit sera bientôt inscrit sur la liste positive de l’IFBM.

Bergame, herbicide maïs disponible pour l’an prochain, est composé de 915 g/l de S-métolachlore et de 45 g/l de benoxacor.
La société communiquait également sur son changement d’identité : le passage de Sapec Agro à Ascenza ne date que de fin novembre 2018 et n’est pas encore connu de tous.

BASF mise sur l’agroécologie

Retrouvez notre article dédié.

Bayer : trois axes stratégiques

Semences, digital farming et protection des plantes : Bayer insiste sur l’innovation et la combinaison des solutions au service de la protection intégrée et de l’agriculture durable. L’offre en semences avec la gamme Dekalb et le digital farming complète celle en produits phytosanitaires conventionnels et de biocontrôle. « Climate Field View permet d’établir une cartographie de rendement et de proposer une recommandation pour appliquer la bonne densité de semis selon les zones », explique Anne-Sophie Ditsch, ingénieur d’affaires Poitou-Charentes Vendée. Le traitement de semences Acceleron proposé par Dekalb est mis en avant. Il associe des biostimulants à un fongicide.
L’accent est mis sur l’innovation produit avec Mateno un herbicide d’automne homologué mi-mai qui apporte une nouvelle famille chimique sur blé, l’aclonifène, pour éviter les résistances. Le désherbage est un axe fort travaillé par Bayer, notamment à travers ses plateformes Herbinnov et Jour de maïs laissant une large place aux essais agronomiques. Le biocontrôle en grandes cultures a été mis en avant avec la solution Rapsody sur colza.

BELCHIM Crop Protection : flufenacet en solo

Belchim Crop Protection présentait son nouvel herbicide céréales d’hiver de postlevée à base de flufenacet : Glosset 600 SC, à action racinaire et partiellement foliaire, est annoncé comme le pivot de la lutte contre ray-grass et vulpin. « C’est la première fois que la molécule est en solo, explique Bertrand Boulet, responsable marchés grandes cultures et cultures industrielles. Le produit apporte une nouvelle liberté dans l’élaboration des mélanges et programmes de désherbage des céréales à l’automne ».

Teppeki sur colza, même sur variété tolérante !

La société mettait également en avant les extensions d’usage sur betteraves et colza de son insecticide Teppeki, à base de flonicamide, pour lutter contre les pucerons. « Avec l’arrêt des néonicotinoïdes, Teppeki a été utilisé sur la quasi-totalité de la sole betterave », reprend Bertrand Boulet. L’automne 2019 signera la première campagne d’utilisation sur colza. Le responsable marché tient à prévenir de l’intérêt du recours au produit en présence de pucerons, même sur variété tolérante. « Les variétés ne sont tolérantes qu’à un seul virus ! »

Certis Europe : un Sluxx HP plus petit

Le molluscicide Sluxx HP de Certis, à base de phosphate ferrique, voit sa granulométrie évoluer : la spécialité est désormais proposée avec la même taille qu’une graine de colza. « Le nombre de granulés par kilo passe de 86 000 à 140 000 », précise Cédra Graeff, chef de marché grandes cultures. Le produit, marqueté pour être mélangé à la semence, offrira une meilleure régularité des semis.
Sur le stand, Certis mettait également en avant le traitement de semences blé et orge anti-piétin échaudage Latitude, à base de silthiofame, récupéré de Monsanto en 2017.

Corteva Agriscience prône les solutions intégrées

Retrouvez notre article dédié.

DE SANGOSSE : des biosolutions, du sol à la production

DE SANGOSSE active ses gammes combinant les biosolutions que ce soit en végétation avec le biocontrôle ou au niveau du sol avec la biofertilisation. « Avec 22 % de part de marché nous sommes leader sur ces produits, » tient à souligner Christophe Zugaj, responsable communication du groupe. Parmi les solutions mises en avant sur le stand lors des Culturales, celles de la société filiale Agronutrition pour stimuler la croissance des plantes : « Nous réalisons une analyse des bactéries du sol, nous les reproduisons, poursuit Christophe Zugaj. Après application, l’agriculteur peut économiser jusqu’à 30 à 40 % de son apport en azote ».
Côté protection des plantes, la firme attend l’homologation du thixotrope pour un meilleur étalement et adhérence des fongicides avec, à la clé, 50 % d’économie de produit, ainsi qu’un régulateur de céréales et deux fongicides sur blé et pommes de terre composé de phosphate de potassium. Ces derniers apportent une nouvelle famille sur ces cultures.

FMC : une offre globale, en croissance

FMC, dont l’objectif est de franchir les 100 M€ de chiffre d’affaires en 2019, affichait sa volonté d’avoir une offre globale et une innovation en nom propre. Le stand présentait la diversité des substances actives insecticides et herbicides proposées par la société et à utiliser dans la rotation, ainsi que son expertise en matière de malherbologie et d’accompagnement sur le positionnement de l’insecticide Coragen. Étaient également mis en avant les différentes marques de la société, dont l’herbicide maïs et sorgho Alcance SyncTEC, et l’herbicide colza Altiplano DamTEC, 2 produits à base de clomazone dont FMC a repris la distribution. La volonté d’aller vers le digital était également avancé, avec la présentation des 5 applications Evalio, dont Evalio Insect Tracker, qui permet de rester alerté de l’évolution parasitaire des blés et colzas, et Evalio FlashFlore dédiée à l’identification des adventices. Deux nouvelles applications sont attendues pour 2020.

Dans les tiroirs, du biocontrôle

« Nous développons également le biocontrôle, note Émilien Guillot-Vignot, responsable communication. Une personne dédiée, Johanny Gionneau, s’attache depuis fin 2017 à développer notre future gamme. » FMC a déjà reçu l’AMM d’un premier produit de biocontrôle : le biostimulant Super Fifty, concentré liquide et soluble à base d’extrait d’algues.

GOWAN France : du biocontrôle pour 2023

Deux produits phares étaient mis en avant sur le stand de Gowan : l’anti-graminées Avadex 480 à base de triallate, présenté comme la solution économique pour gérer la résistance dans la rotation, et l’insecticide Boravi WG à base de phosmet, au site d’action différent de celui des pyréthrinoïdes, pour lutter efficacement contre les coléoptères sur colza, moutarde et lin fibre.
La société attend prochainement l’AMM d’un herbicide colza et tournesol à base de benfluraline, en formulation WG. « Le rachat, en janvier 2019, de la société colombienne Ecoflora Agro, nous permettra de mettre sur le marché, en 2023 ou 2024, plusieurs spécialités de biocontrôle déjà commercialisées outre-Atlantique, ajoute Damien Ronget, responsable technique France. Deux personnes sont dédiées à leur développement pour l’Europe. »

Kreglinger : Terre de Diatomées pour le stockage

Protéger les céréales stockées ou traiter les locaux de stockage contre tous les insectes et acariens avec une solution de biocontrôle : c’est ce que propose Kreglinger avec SilicoSec, à base de terre de Diatomées. « 5 millions de m2 de locaux sont déjà traités avec notre solution », précise Bertrand Boucher, responsable produits Crop protection. Le produit devrait bientôt faire l’objet d’une fiche action CEPP.

Nufarm : R-évolution gère les adventices

Si, sur son stand, Nufarm capitalisait sur l’ensemble de sa gamme, c’est le segment herbicide qui bénéficie du coup de projecteur le plus prononcé. Le projet R-évolution sur la gestion des adventices, porté par la firme au niveau européen, est mis en avant, ainsi que la spécialité Kyléo, à base de glyphosate et 2,4 D. « L’action des deux molécules est optimisée, et vu l’importance des problématiques adventices et résistances, les agriculteurs qui passent sur le stand sont intéressés, car à la recherche d’efficacité avant tout, précise Sophie Marquis, responsable marketing client. Malgré l’interdiction programmée du glyphosate. » La firme proposait toutefois un quiz aux agriculteurs, dont les réponses seront analysées après le salon, pour sonder les pistes de travail envisagées par ceux-ci sans la polémique molécule herbicide.

Philagro capitalise sur sa gamme

Retrouvez notre article dédié

Phyteurop : Du flufenacet en solo

Phyteurop mettait en avant trichotopMax, une solution de biocontrôle à base de trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs. Filiale d’InVivo, l’entreprise travaille pour la prochaine campagne, avec Semences de France, à une offre couplant le produit de biocontrôle à des semences, notamment pour le maïs fourrager, où la problématique pyrale est moins prise en compte par les agriculteurs, malgré les dégâts. Depuis septembre, Bioline Agrosciences a cédé à Phyteurop la commercialisation de ses solutions à base de trichogrammes pour maïs. Les ventes ont progressé de 10 % par rapport à la campagne précédente. Phyteurop souhaite protéger 70 000 ha d’ici à la fin de la campagne.

SDP : un adjuvant pour herbicide de pré-levée

SDP communiquait sur l’intérêt de son adjuvant Dynamiz/Drop Tek pour bouillies herbicides et insecticides à base de copolymère polyéther – polyméthylsiloxane. « Le produit crée un film homogène à la surface du sol et permet, dès l’automne, de sécuriser la réussite des désherbages de pré-levée », explique Franck Vasseur, responsable développement grandes cultures.
La société mettait également en avant l’importance de la qualité de la pulvérisation, ainsi que ses spécialités de nutrition foliaire telles que Boléro, son engrais liquide à base de bore pour pulvérisation foliaire, doté d’une formulation technologique nouvelle génération.

Sumi Agro : gamme microgranulés du sol

Aude Colette, responsable marketing stratégique

Une première présence sur les Culturales pour Sumi Agro, entreprise plutôt orientée vers les cultures spécialisées. En grandes cultures, elle propose une solution sous forme de microgranulés starters à appliquer au moment de l’implantation des cultures ainsi que la gamme Trika, un insecticide du sol à effet starter contenant des éléments nutritifs. Ces micro-granulés sont incorporés dans la ligne de semis du maïs et du tournesol.

Syngenta présente « Terres de progrès »

Retrouvez notre article dédié.

UPL sous le signe de « l’OpenAg »

Retrouvez notre article dédié.

Vivagro : soufre, adjuvants et biostimulateurs

Sur le stand Vivagro était présenté l’ensemble de la gamme céréales, avec des recommandations pour l’insertion des produits dans les programmes : les engrais foliaires biostimulateurs, avec Vitelice, Vivalgue et Alvéa ; les adjuvants, avec Foxy SG, Bellagio, Djeen/Fieldor Max ; les engrais azotés Tonix et Relax ; les solutions de biocontrôle anti-oïdium à base de soufre liquide Flosul SC, Creta et Azzuri. « Ces derniers produits sont boostés par les CEPP, témoigne Maxime Le Moing, responsable technique chez Vivagro. Ils sont de plus en plus utilisés en T1, avec une demi-dose de fongicide de synthèse. »
Nouveauté pour 2020 : Tiyati, un engrais foliaire à base de titane pour améliorer le processus de pollinisation et de fertilisation, augmenter et améliorer le rendement des cultures.

Autres articles du fil

Javelot lève 10 M€

26 septembre 2022
  Javelot, pionnier des solutions numériques pour l’après-récolte et le stockage des céréales annonce la levée de fonds de 10 millions d’euros auprès de NextStage AM et IDIA Capital Investissement, ainsi que de ses investisseurs historiques (Sparkling Partners et Unilis Agtech,...