« Les PSE nécessitent des porteurs de projets solides »

Les expérimentations sur les paiements pour services environnementaux (PSE) ont été lancées il y a un an. Quel bilan tirent les Agences de l’eau de leur mise en place ? Réponse avec Delphine Berger, chargée d’études à l’Agence de l’eau Rhin-Meuse.
Delphine Berger, chargée d’études à l’Agence de l’eau Rhin-Meuse.
Les expérimentations sur les Paiements pour services environnementaux, ou PSE, ont été lancées au printemps 2020 par les Agences de l’eau. Réclamés depuis longtemps par la profession agricole, ils émanent du plan biodiversité de juillet 2018, qui leur a dédié une enveloppe de 150 millions d’euros.

« Pour une structure avec un effectif limité, ce n’est pas jouable. »

Dans le bassin Rhin-Meuse, le dispositif est opérationnel depuis avril 2020. Quatorze dossiers ont été retenus sur le territoire, sur les enjeux de la biodiversité et de la préservation de la ressource en eau. Un an après, quel…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil