L’Inao propose une liste de « barrières naturelles » pour protéger les cultures en agriculture biologique

Le Comité national de l’agriculture biologique de l’INAO, institut national de l’origine et de la qualité, s’est réuni le 11 juillet 2018. À l’ordre du jour, notamment : l’approbation d’une liste de produits ou méthodes rassemblées sous la dénomination « barrières physiques », utilisables en bio pour protéger les cultures contre les insectes du sol et volants.
Les barrières concernées sont : montmorillonite, marc de café, lithotamne, chabasite naturelle, dolomie, carbonate de magnésium, glues arboricoles naturelles sans pesticides et non soumises à AMM, mastics d’origine naturelle sans pesticides et non soumis à AMM, et charbon végétal.

Utilisables en bio

Cette liste sera définitivement validée à l’issue de la procédure nationale d’opposition. Cette formalité est obligatoire quand une évolution du cahier des charges d’un signe d’identification de la qualité et de l’origine est proposée. Toute personne concernée a deux mois pour adresser une opposition motivée auprès des services de l’Inao.
La séance du 11 juillet a aussi été l’occasion de valider un cahier des charges pour la production de cailles de chair biologiques. La mise en place d’un groupe de travail sur l’élevage d’insectes biologiques a été également été actée. Objectif : proposer un cadre à cette nouvelle production destinée à l’alimentation d’élevages biologiques.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil

Terres Univia structure une démarche RSE

6 décembre 2022
L’interprofession Terres Univia, est en phase de structuration d'une démarche de Responsabilité sociétale des entreprises, RSE. « Nous sommes en train d’évaluer ce que nous faisons déjà en matière de durabilité et ce que nous sommes capable d’aller chercher. C’est un travail de...