Lutte contre le frelon asiatique : autorisation provisoire du dioxyde de soufre

Comme nous l’annoncions dans notre précédente lettre*, l’avis de l’Anses sur l’’intérêt d’utiliser le soufre contre le frelon vient de paraître. L’arrêté du 21 août 2013 paru au JO du 7 septembre 2013 autorise, pour une durée de 120 jours à compter du 8 septembre, l’utilisation de produits biocides contenant du dioxyde de soufre pour lutter contre Vespa velutina, le frelon asiatique. Ces spécialités peuvent uniquement être employées par des personnes ayant suivi une formation dont le programme est détaillé dans l’arrêté, et selon des conditions d’emploi bien spécifiques (zone de sécurité de cinquante mètres, information des personnes se trouvant à proximité…). L’arrêté précise par ailleurs qu’au terme de ces 120 jours, les utilisateurs et les distributeurs du dioxyde de soufre transmettront au ministre de l’Ecologie un rapport précisant notamment les quantités utilisées et les lieux d’utilisation. Dans un communiqué du 9 septembre, l’Unaf, Union  nationale  de  l’apiculture  française  « accueillent très favorablement la décision des Ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture d’autoriser temporairement et à titre dérogatoire le dioxyde de soufre dans  la  lutte  contre  le  frelon  asiatique. »  Pour Richard  Legrand,  apiculteur  en  Dordogne,  spécialiste  de  la  question  du  Frelon, « cette reconnaissance permet d’éviter le recours aux insecticides de synthèse qui eux présentent un fort risque de toxicité pour l’environnement du fait de leur longue rémanence». *Voir notre article : Des élus demandent d’autoriser le soufre contre le frelon asiatique Lien vers l’arrêté : Arrêté du 21 août 2013 autorisant provisoirement la mise sur le marché et l’utilisation du dioxyde de soufre

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *