Mycotoxines, un coût qui se compte en milliards pour l’Europe entre 2010-2019

De 2010 à 2019, le déoxynivalénol, mycotoxine due aux fusarioses, a coûté trois milliards d'euros aux producteurs européens. En cas de forte concentration, le déclassement en fourrage cause une perte qui a dépassé les 85 € par tonne en 2015.
fusariose ; mycotoxines
Dans une étude publiée le 15 décembre dans Nature Food, des chercheurs des université de Bath et Exeter (Royaume-Uni) se consacrent à l'impact économique engendré par les mycotoxines dues aux fusarioses, sur la valorisation du blé. Leur travail recoupe des chiffres collectés sur la période 2010-2019, à l'échelle européenne et porte en particulier sur une mycotoxine : le déoxynivalénol (Don). Selon l'étude, sur cette période, 75 millions de tonnes de blé, soit 5 % du blé cultivé pour l'alimentation humaine, dépassaient la limite de 750 µg de Don par kilo de céréale. L'impact financier du déclassement de…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil