Néonicotinoïdes, la filière s’organise… dans l’incertitude

La cour de justice de l’Union européenne a déclaré, le 19 janvier, que les dérogations permettant d’utiliser les néonicotinoïdes en protection de semences n’étaient pas conformes au droit européen. Producteurs de betteraves et fabricants de sucre se retrouvent dans une situation crispée, qui pourrait avoir un impact durable sur l’économie locale.
néonicotinoïdes
Récolte de betteraves sucrières. © WAQUET Aline / INRAE
Quelles sont les conséquences, sur le terrain et à court terme, de la décision de la cour de justice de l'UE, jugeant illégales les dérogations autorisant néonicotinoïdes ? Alors que la France reconnait la dimension imparable de ce verdict, Référence agro s'est rapproché d'acteurs de la filière betteravière. « Cette année, l’impact sur les surfaces sera minime, de l’ordre de 5 % environ, car les agriculteurs ont fait leurs assolements dès la fin des moissons, explique Denis Lepers, directeur des productions végétales d’Unéal, dont les adhérents produisent des betteraves sur 20…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil