Néonicotinoïdes, Terres Inovia insiste sur le rôle du colza pour les pollinisateurs

Un arrêté du 6 janvier limite les conditions de semis de colza après l'implantation de semences de betteraves sucrières protégées par deux néonicotinoïdes. Dans ce cadre, Terres Inovia insiste sur l'importance du colza pour l'alimentation des pollinisateurs et la nécessité de pouvoir semer dès 2023.
Représentant 9 % de la production nationale de miel, le colza est en surface la première grande culture mellifère en France. Une situation sur laquelle insiste l'institut technique des huiles et protéines végétales, Terres Inovia, dans un communiqué diffusé au lendemain de la publication, le 6 janvier, d'un arrêté permettant aux betteraviers de déroger en 2021 à l'interdiction d'utilisation de deux néonicotinoïdes. Ces dérogations sont conditionnées à l'implantation de cultures les années suivantes, pour limiter l'exposition des pollinisateurs à d'éventuels résidus de ces produits. « En laissant la possibilité de cultiver du colza en année N+2 (2023), sous…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil