« Nous testons le label bas-carbone en élevage », Anne Larroquette, Agrial

La coopérative Agrial teste le label-bas carbone du ministère de la Transition écologique dans la filière élevage. Pour Anne Larroquette, directrice développement durable, les démarches carbone sont encore dans une phase exploratoire, tant dans leur mise en œuvre que dans leur valorisation qui pourrait aller au-delà du marché du carbone. Explications.
"Au-delà de l’enjeu climatique incontournable, cette dynamique doit s’opérer en étant créatrice de valeur pour l’agriculteur et la coopérative", Anne Larroquette, directrice développement durable d'Agrial.

Référence agro : Agrial est l’une des premières entreprises à s’être insérée dans le label bas-carbone. Comment allez-vous le développer sur votre territoire ?

Anne Larroquette : Nous sommes en train de construire une feuille de route sur le climat que nous devrions finaliser cette année, et au sein de laquelle nous abordons les thèmes de l’énergie, du transport, du gaspillage, de la réduction des déchets, ou encore de l’emballage. Dans ce cadre, nous explorons aussi tous les dispositifs possibles qui valorisent économiquement les pratiques vertueuses des agriculteurs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et accroître la séquestration…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil

Corteva modernise son usine de semences autrichienne

19 janvier 2022
Corteva Agriscience annonce un investissement de près de 5 millions d'euros dans son usine autrichienne de Parndorf pour rendre le processus de production des semences plus sûr et plus efficace, notamment au moment du déchargement des camions. Trois ans de travaux ont été...