Phosagro, la production intégrée d’engrais

Une offre industrielle en commodités diversifiée avec 33 formulations azotées, une position de leader en Europe sur le segment du DAP, un prix international tenu grâce à une production intégrée et une logistique de livraison renforcée, soutiennent la stratégie de croissance de Phosagro en France. Pour son troisième exercice sur la zone France-Espagne-Belgique, l’industriel russe vise, sur ce secteur, une hausse de 27,8 % de ses volumes dont 27 % pour la France. Explication avec le directeur de Phosagro France, Florian Cloarec.

Présent en France depuis 2016 avec 52 % de parts de marché pour le DAP sur l’année 2017, en livraison vrac et big bag à destination des distributeurs agricoles, le producteur russe d’engrais PHOSAGRO élargit son offre en azotés et son circuit de livraison. « Notre schéma de développement n’est ni de rentrer sur le créneau des spécialités ni de déstabiliser le marché. Nous souhaitons nous rapprocher de nos clients distributeurs avec des formules proches de leurs attentes afin de leur permettre de gagner des points de marge », résume Florian Cloarec, directeur de Phosagro France. Son objectif sur la campagne 2018 est d’atteindre les 196 Mt en France et plus de 400 Mt sur la zone Espagne, France, Belgique.

 

Offre enrichie avec l’urée granulée

Premier levier activé pour accroître les volumes : la commercialisation d’urée en granulés. Elle a été enclenchée début 2018 après l’ouverture à l’été 2017 d’une unité de granulation d’une capacité de 500 Mt sur le site de Cheropovets à l’ouest de la Russie (voir article ci-dessous et vidéo). Comme pour tous les produits, la chaîne de fabrication est maîtrisée grâce à une nouvelle unité de fabrication d’ammoniac qui lui est dédiée. Cette gamme d’urée granulée complète l’offre en azotés proposée en France sous forme d’urée perlée et de NPK 15/15/15. L’engrais complexe est d’ailleurs placé en produit d’appel au prix international. « Notre entrée de gamme nous permet de fidéliser nos clients avec une offre compétitive, puisque toute notre production est intégrée, nos coûts additionnels portent sur les droits de douane et sur le fret », complète Florian Cloarec.

Pour les engrais phosphatés, la tendance baissière observée depuis 2012, avec un prix qui a diminué de 41 %, incite les producteurs à rationaliser leurs outils. Phosagro possède sur la péninsule de Kola la première mine d’extraction de roche riche en phosphate avec, en sortie des lignes de production, une matière première à 39 % de P205, la plus concentrée du marché – le niveau moyen étant de 30,5 % – et une teneur en cadmium Inférieure à 0,2mg Cd/kg P205. La production est passée en 2017 d’un rythme de 8,7 Mt annuelles à 9 Mt. Ce minerai alimente majoritairement Cheropovets, considérée comme la plus importante unité de transformation d’Europe avec plus de 4 Mt par an de DAP, MAP, et NPK fabriqués.

Logistique optimisée pour rationaliser les achats

La compétitivité pour le producteur comme pour le distributeur doit aussi se retrouver grâce à une livraison et des solutions techniques optimisées pour les nouvelles origines. Au 1er septembre 2018, un quai de débarquement dédié aux gros volumes sera ouvert sur le port de La Pallice ainsi que deux magasins de stockage de 25 000 tonnes, l’un pour l’urée, l’autre pour le DAP. Cette implantation a été conclue dans le cadre d’un partenariat avec le groupe Bolloré. Florian Cloarec n’hésite pas à qualifier ces deux dépôts de « hub où chacun pourra commander ce dont il a besoin », sans la contrainte d’engager de lourds investissements sur une seule grosse commande. « Les tonnages très élevés, ce n’est plus la tendance, explique-t-il. Les distributeurs doivent pouvoir panacher leurs achats. » Avec La Pallice, les livraisons « multiproduits » depuis la Russie via la mer Baltique sont orientées au total vers dix ports français.


Les chiffres clés de Phosagro en France

  • 52 % de part de marché auprès des distributeurs français en DAP (30 % en tenant compte des clients industriels producteurs d’engrais)
  • 196 Mt d’engrais visées pour 2018
  • Livraisons sur 10 ports
  • 33 formulations azotées, dont un produit d’appel NPK 3×15

DE LA MINE AUX GRANULÉS

Visite guidée des mines d’Apatity et de l’usine de Cheropovets en Russie. Deux sites emblématiques du producteur Phosagro.

Tout commence en Russie pour les engrais phosphatés de Phosagro à 200 km au nord du Cercle polaire sur la péninsule de Kola, non loin de la frontière avec la Finlande. Un volcan livre depuis 1929, date d’ouverture de la mine, une roche riche en phosphate (37,5%), l’apatite néphéline. Une véritable ville s’est installée autour de cette zone industrielle, répartie entre une mine à ciel ouvert de 570 m de profondeur et d’une seconde, souterraine, dont le 4e niveau se situe à plus de 300 m sous le niveau du sol. Une unité de traitement de la roche complète les outils d’extraction. La mine ouverte fournit 26 % de la roche, celle en sous-sol, 74 %. La roche extraite est dirigée vers une usine qui la broie, fond la poudre obtenue, sépare les phases dans des bacs et concentre le minerai pour obtenir des granulats de 1 à 6 mm.

Ces granulés sont contrôlés en permanence par des robots afin de s’assurer d’une teneur constante en P205 de 39 %. Si la capacité de production actuelle est de 10 Mt par an, l’objectif est de la porter à 12 Mt dans cinq ans. Le site possède une réserve de minerai pour 150 ans d’exploitation. La production est ensuite expédiée vers l’usine principale de Cheropovets (tous engrais) par train, mais aussi vers Metachem (engrais et autres produits industriels) et Balakovo (engrais phosphatés pour le marché russe et aliments phosphatés pour les animaux).

Cheropovets : plus grand site de production d’engrais phosphatés d’Europe

L’usine de Cheropovets, ouverte en 1970, compte quatre lignes de production d’engrais phosphatés (DAP, MAP, NPK). L’acide sulfurique pour séparer le phosphate des granulats est synthétisé sur place. Trois unités de formulation d’urée sont présentes sur le site : deux pour l’urée perlée et une pour l’urée granulée. Chacune livre 500 000 t/an et possède sa propre ligne de fabrication d’ammoniac. La production d’azote suit cette même logique. L’unité de formulation à plat de granulés d’urée a ouvert l’été 2017.

Autres articles du fil

Sebastien Piaud, responsable appro de la CABB

23 octobre 2020
Après 29 ans passés dans la coopérative agricole de Beton-Bazoches (CABB), Patrick Cornet a quitté l’entreprise le 3 juillet et cédé son poste de responsable appro à Sébastien Piaud. Ce dernier était depuis 22 ans conseiller au sein de la Chambre d’agriculture de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *