Phytos, pourvoir les usages mineurs en coordonnant les acteurs

Le ministère chargé de l’agriculture s’emploie, depuis 2008, à coordonner l’ensemble des acteurs pour remédier aux impasses techniques auxquelles font face de nombreuses cultures mineures, dépourvues de solutions phytosanitaires. Le résultat est concluant : le nombre de dossiers d’extension d’autorisation de mise sur le marché de produits augmente considérablement. Explication, avec Jean-Claude Malet, expert auprès de la direction générale de l’alimentation.
“Les sociétés phytopharmaceutiques n’ont pas toujours connaissance des pratiques agricoles relatives aux cultures mineures, souligne Jean-Claude Malet, expert auprès de la direction générale de l’alimentation (DGAL) du ministère chargé de l’agriculture. Ils déposent de ce fait leurs dossiers d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de produits phytosanitaires sans forcément intégrer les usages mineurs. Il en résulte que de nombreuses filières sont concernées par l’absence ou l’insuffisance de moyens de protection des plantes.”

Recours croissant à l’article 51

Pour y remédier, avait été créée, en 2008, une Commission des usages orphelins. Elle permet de coordonner les actions entre les différents…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil