Plan Loup : le plafond d'abattage relevé pour l'année 2018

Pilote du Plan Loup au niveau national, la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé, le 19 octobre, que le nombre d’abattages de loups autorisés serait revalorisé pour l’année 2018, passant de 43 à 51 spécimens, via un arrêté daté du 16 octobre. Soit une hausse de 2 % de l’effectif moyen estimé de 430 loups sur le territoire français. Le précédent plafond avait été atteint en juin dernier.
Dans un communiqué daté du 18 octobre, la Confédération paysanne appelait les ministres de l’Agriculture et de l’Écologie à « signer en urgence un nouvel arrêté », pour mettre fin à une « situation insupportable », mettant « hors la loi » les éleveurs « qui seraient contraints de défendre leurs troupeaux contre le loup. » Une requête qui faisait suite à l’annonce, la veille, par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), de « la suspension de tous les tirs jusqu’à nouvel ordre ». Stéphane Bouillon, l’ancien préfet coordonnateur du Plan Loups, s’était engagé à relever ce plafond de 2 %, avant d’être nommé place Beauvau suite au remaniement ministériel du 16 octobre dernier.