PLF 2023, pas de coup de pouce pour la contractualisation entre filières végétales et animales

Différentes familles du secteur agricole s'étaient réunies pour suggérer que le projet de loi de finance favorise la contractualisation entre les filières végétales et animales. Raté : le mécanisme proposé n'a pas été retenu par les élus, au grand dam de la FNSEA, LCA et neuf associations spécialisées qui le soutenaient.
contractualisation ; Vaches ; Ecoantibio ; alimentation animale
Pour les filières végétales d'un côté et les filières animales, la contractualisation avec l'autre est un souhait qui peine à se concrétiser. Fixer des prix, sur trois ans, pour les cultures dédiées aux élevages, serait un moyen de lisser les cours capricieux des marchés. « Depuis 10 ans, cette idée revient régulièrement dans les débats, resitue Éric Thirouin, président du Comité de coordination des associations spécialisées de la FNSEA. Nous espérions que l'État pourrait proposer une incitation qui permettent aux agriculteurs de se lancer. » L'occasion, qui s'est présentée avec le projet de loi de finances 2023,…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil