Pollutions industrielles, la directive IED cible 13 % des élevages européens

Pour Bruxelles, tout élevage porcin, bovin ou de volailles dénombrant plus de 150 unités gros bétail doit désormais relever de l'installation industrielle soumise à la directive IED, visant à réduire les pollutions. Cette posture, exprimée le 5 avril, fait réagir dans le secteur agricole, cette évolution représentant un coût et des lourdeurs administratives.
bio ; élevage ; vaches ; Afterres 2050 ; méthane; life carbon farming ; consultation ; carbone ; IED ; FCAA
Crédit photo : Chambre agriculture de Normandie
Le 5 avril, Bruxelles a fait connaître sa proposition (accessible ici, en anglais) de révision de la directive sur les émissions industrielles, IED, visant une meilleure préservation de l'environnement, de l'air et de la santé. Le texte n'a pas manqué de faire bondir les acteurs du secteur de l'élevage. En effet, la Commission envisage d'élargir le cadre d'application d'IED : désormais, toute exploitation comptant plus de 150 unités gros bétail (UGB) serait concernée, en filières bovine, porcine et volaille.

IED, un coût de 2400 € par an pour les exploitations

Pour quelle implication ?…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil