Produits phytosanitaires, gérer le poids de la réglementation

Au-delà des interdictions européennes croissantes de substances actives qui réduisent le nombre de produits phytosanitaires disponibles pour les agriculteurs, les restrictions d’usages imposées par les autorisations de mise sur le marché ont des conséquences sur le choix des spécialités. ZNT, DVP, interdictions sur sols artificiellement drainés… la réglementation complexifie d’année en année les conditions d’utilisation.   
“Le nombre de produits phytosanitaires interdits augmente plus rapidement que celui de spécialités autorisées”, souligne David Frison. Pour le premier vice-président de la chambre d'agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, nul doute : les agriculteurs doivent faire face à une palette de solutions de moins en moins riche. “Les restrictions d’usages amoindrissent encore davantage cette palette, complète-t-il. Si la parcelle se situe près d’un cours d’eau ou d’habitations, les traitements se complexifient”. Le ras-le-bol réglementaire se fait sentir chez les agriculteurs, qui l’expriment de plus en plus, notamment lors de manifestations. L’instauration, depuis 2020, de distances de sécurité vis-à-vis des habitations, s’ajoutant aux…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil