Produits phytosanitaires, la publicité doit désormais mentionner les risques

À compter du 1er septembre 2019, la publicité pour les produits phytosanitaires destinés aux professionnels doit consacrer un espace délimité représentant au minimum 1/8e de sa surface totale à un avertissement dédié exclusivement aux risques pour la santé et l’environnement que peut présenter le produit. « Cet avertissement comporte pour chaque classe ou catégorie de danger pour la santé et l’environnement applicable au produit, de manière claire et lisible, la mention et le pictogramme de danger prévus aux annexes I, III et V du règlement (CE) n° 1272/2008 [dit règlement CLP (Classification, labelling and packaging)] », précise le décret n° 2019-321 paru au Journal officiel du 14 avril 2019.

Lorsque la publicité concerne plusieurs produits, l’avertissement doit comporter toutes les mentions de danger, ainsi que les pictogrammes de danger des classes et catégories les plus défavorables.

Seulement du biocontrôle en 4e de couverture

Le décret précise également qu’à partir du 1er janvier 2020, la quatrième de couverture d’une publication ne peut comporter qu’une publicité pour les produits de biocontrôle, les produits composés uniquement de substances de base ou les produits à faible risque.

Déjà, depuis juillet 2015, toute publicité doit comprendre la phrase « Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée ». Elle doit également prévoir un renvoi vers la rubrique Écophyto du site internet du ministère chargé de l’Agriculture. Objectif : inciter les utilisateurs à s’informer davantage sur les pratiques économes en produits phytosanitaires. G.G.

Autres articles du fil