Protéines animales transformées, l’Anses ne s’oppose pas à un assouplissement réglementaire

Alors que la Commission européenne étudie la possibilité d'assouplir la réglementation sur l'utilisation des protéines animales transformées, dans les élevages, l'Anses a rendu, le 9 juillet, son avis sur les risques de cet allégement réglementaire. L'agence ne s'y oppose pas, mais insiste sur la nécessaire séparation des chaînes de production des aliments.
Des vaches dans un bâtiment en train de manger.
Vingt-cinq ans après la crise de la vache folle, la question de l'utilisation des protéines animales pour l'alimentation des animaux d'élevages revient sur le devant de la scène. Un an après avoir été saisie par les ministères de l'Economie et de l'Agriculture, l'Anses a rendu, le 9 juillet, un avis sur l'utilisation de protéines animales de porcs dans l'alimentation des volailles, et vice-versa. Cette option est celle actuellement étudiée par la Commission européenne, qui envisage d'assouplir, sous certaines conditions, l'interdiction prise en 2001 de nourrir les animaux avec des protéines animales. Une consultation a…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil