PSE, la réglementation encore inadaptée à leur déploiement

Parce qu'elle contribue au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone, à travers ses cultures, la filière luzerne souhaiterait bénéficier de paiements pour services environnementaux (PSE). Celle-ci table sur une rémunération de 200 euros par hectare. « L'impact positif de cette culture sur la biodiversité a été démontré, nous trouvons que ce montant n'est pas si élevé que ça », indique Éric Guillemot, directeur de la Coopération agricole luzerne, le 6 février, lors de la seconde édition du Symposium luzerne organisé par la structure, à Chalons-en-Champagne.

«Une…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil