Qui profite, qui pâtit d’un blé à 300 €/t ?

La barre des 300 € la tonne de blé est sur le point d’être franchie sur le contrat à terme d’Euronext, écrasant ainsi le précédent record du 5 septembre 2007, à 303 €/t. Qui profite réellement de cette embellie ? Qui en pâtit ? La réponse avec Sébastien Poncelet, du cabinet Agritel.
moisson ; prix des céréales ; balance commerciale ; Grande récolte
Depuis des mois, le prix des céréales ne cesse de grimper. Pourquoi ? « L’offre de blé - en baisse chez les grands pays exportateurs que sont le Canada, les États-Unis, la Russie, et l’Europe - n’est pas suffisante pour répondre à la demande mondiale toujours plus soutenue, explique Sébastien Poncelet, directeur du développement au sein du cabinet Agritel. Les mauvaises récoltes locales poussent les pays du Moyen-Orient tels que l’Iran et la Turquie à importer davantage de grains. Le Pakistan et la Chine continuent de leur côté des programmes d’achats massifs pour reconstituer leurs stocks, tandis que le Bangladesh…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil

Yildirim reprend la participation de Rosier, dont Borealis se sépare

30 septembre 2022
Après la vente de son activité azote, qui devrait être cédée à Agrofert pour 810 M€, Borealis se sépare de sa filiale d'engrais minéraux, Rosier. La firme autrichienne a annoncé vendre sa participation de 98,09 %  au groupe turc Yildirim. Les deux groupes ont dévoilé le 26 septembre...