Ré-approbation du cuivre : la Fnab réclame un plan d'accompagnement

Le conseil d’experts européens chargé de la ré-approbation du cuivre, réuni le 23 octobre, s’est soldé par une « non-décision ». Le prochain rendez-vous est prévu le 13 décembre. Interdiction ? Réduction des doses ? Statu quo ? Début juin, la tendance semblait aller vers une autorisation pour cinq ans avec une réduction des dosages à quatre kilos par hectare par an, contre six kilos aujourd’hui. La France et plusieurs pays du sud prônent une limite à 4 kg/ha/an avec modulation possible en cas de situation difficile, mais l’Allemagne et les Pays-Bas se positionnent sur une interdiction pure et simple.

Risque important de « déconversion »

Une hypothèse qui inquiète la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab). Dans un communiqué du 24 octobre, Sylvie Dulong, secrétaire nationale viticulture à la Fnab, affirme : « Aucune décision de réduction des doses […] ne saurait être prise dans l’état actuel des données disponibles et sans aucun plan d’action en face. » C’est donc bien un « Plan cuivre », à l’échelle nationale, qui est réclamé, sous peine de « rendre inévitable une déconversion pour un grand nombre de producteurs bio. »

Des thématiques identifiées

La structure va jusqu’à imaginer les contours de ce plan, en listant sept thématiques à prendre à bras le corps :

  • L’observation de l’évolution du mildiou ;
  • L’analyse des impacts des usages actuels du cuivre ;
  • L’analyse comparée de la toxicité du cuivre et de celle des produits qu’il remplace lors de la conversion en agriculture biologique ;
  • La recherche sur les alternatives au cuivre compatibles avec le cahier des charges biologique ;
  • La formation des producteurs sur l’usage de ces alternatives ;
  • La levée des freins réglementaires pour le développement de ces alternatives ;
  • La structuration économique de ces filières alternatives.

La Fnab continue par ailleurs à appeler de ses vœux un protocole d’évaluation propre aux produits minéraux, au lieu d’une application identique à celles des produits phytosanitaires.