Rencontre avec Christian Sondag, président de Lorca (57) – « L’occupation d’un site reste un acte choquant »

Lundi 2 septembre, près de cinquante « faucheurs volontaires » venus de toute la France investissaient un entrepôt de la coopérative Lorca, à Lemud (57), à la recherche « d'OGM cachés ». N'étant pas présents sur le site ce jour, le président de la coopérative, Christian Sondag et son directeur Alexandre Sorin ont accepté, jeudi dernier, de recevoir une délégation de cette organisation.

Pourquoi cette organisation a-t-elle durant toute une journée occupé votre site de Lemud ?
Officiellement, les faucheurs volontaires étaient à la recherche de sacs de semences de variétés de  colza tolérantes aux herbicides : des variétés qu'ils considèrent à tort comme des OGM. En réalité, ils souhaitaient interpeller l'opinion publique et le gouvernement sur leurs craintes liées à l'utilisation de cette innovation. Du coup, dès lundi soir les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement se sont engagés à recevoir prochainement cette organisation.

Votre coopérative utilise-t-elle des colzas tolérants aux herbicides ?
Oui, sur des parcelles ciblées présentant des problèmes de désherbage bien particuliers. Ces variétés sont obtenues par mutagénèse et non par manipulation génétique. Ce ne sont donc pas des OGM, contrairement à ceux qu'affirment les « faucheurs volontaires ». Les variétés résistantes aux herbicides sont autorisées en France : les OGM non. Il n'y a pas d' OGM en Lorraine ni ailleurs en France.

Avez-vous réussi à les convaincre que mutagénèse et OGM étaient deux choses distinctes ?
Nous leur avons expliqué mais honnêtement, je ne pense pas que nous les ayons convaincus. En revanche, nous les avons éclairés sur le rôle technique que doit jouer une coopérative. Les variétés tolérantes sont des outils, homologués, mis à notre disposition pour répondre à des problématiques particulières de désherbage. Cette innovation variétale complète la panoplie d'outils que développe notre coopérative pour à la fois réduire l'utilisation des produits phytosanitaires en lien avec les enjeux environnementaux  et garantir une bonne productivité économique du colza en Lorraine.  

Quel est votre état d'esprit trois jours après cette manifestation ?
L'occupation d'un site reste un acte choquant pour les agriculteurs et les salariés, même si aucun heurt ne s'est produit. Certains de nos adhérents se sont demandés pourquoi nous étions la cible de cette organisation. Nous avons dû les rassurer et leur réaffirmer que nous travaillons bien dans la légalité. Tous les produits que nous commercialisons sont homologués et sont autorisés en France. Cette action brutale est incompréhensible : la mutagénèse est une technique de sélection variétale utilisée dans toutes espèces cultivées (orge, blé, betterave,…) et qui bénéficie à toute l'agriculture, y compris biologique.

Photos : en haut à gauche, occupation des faucheurs volontaires dans les locaux de Lorca. En bas à droite, Christian Sondag et Alexandre Sorin (à gauche) reçoivent trois représentants de l'organisation.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *