Rencontre avec Rémi Bastien, directeur général de Limagrain Europe – « Les investissements en Europe vont s’accélérer »

Filiale en Europe de la branche Grandes Cultures du 4ème semencier mondial, Limagrain Europe affiche une progression à 2 chiffres depuis 4 campagnes. Celle-ci devrait se poursuivre, portée par des efforts de recherche continus et des investissements sur les différentes régions européennes. Rencontre avec Rémi Bastien, aux commandes de cette filiale depuis le mois de janvier.

Votre société affiche un chiffre d'affaires en hausse de 11 % par an, ces 4 dernières campagnes. Quelles sont les espèces porteuses de cette dynamique ?
Notre progression porte principalement sur deux espèces, stratégiques pour le groupe : le maïs et le tournesol. Ce dernier s'est fortement développé en Turquie (PDM de 50 %), en Russie, en Ukraine, en Bulgarie et en Roumanie. Pour le maïs, la croissance est due à l'attrait de l'Europe Centrale et en Europe de l'Est et au lancement d'innovations en maïs fourrage en Europe de l'Ouest. En France, où notre CA atteint les 100 M€, nous avons un positionnement fort, multi-espèces, porté par deux marques : LG et Advanta. Notre place de leader en maïs devrait se renforcer avec notamment, l'arrivée de nouvelles variétés en maïs grain.

La recherche occupe-elle une place importante dans la stratégie de Limagrain Europe ?
Oui, car c'est grâce à elle que nous réussissons à répondre aux attentes de nouveaux marchés. Chez Limagrain, la recherche pèse 13 % du CA total. Le maïs reste le plus gros budget mais nous travaillons aussi sur de nouvelles variétés de tournesol oléique pour la France. Nous misons également sur notre gamme Suneo, très productive, résistante à l'orobanche et facile à désherber. Pour l'heure, celle-ci n'est commercialisée qu'en Europe Centrale et de l'Est. Et puis, même si sur le marché du colza, nous faisons encore figure de challenger, nous poursuivons nos efforts de recherche.

Et sur le marché du blé tendre ?
En France, nous ne sommes pas vendeurs directement de semences de blé tendre mais fournisseur de génétique et développeur de variétés via nos partenaires multiplicateurs. Le CA sur ce créneau se fait via les royalties collectées. Limagrain Europe bénéficie, pour cette espèce, d'une plateforme de recherche la plus large et la plus variée au monde, permettant un accès à une génétique exceptionnelle.

Ces derniers mois, Limagrain a accéléré ses investissements industriels : ceux-ci vont-ils se poursuivre ?
Il est capital pour un groupe comme le nôtre de répondre à la demande et se positionner sur les différents continents. Au niveau international, le groupe se développe fortement au travers d'acquisitions dans de nombreux pays émergents : cela a été le cas au cours de ces derniers mois en Thaïlande et en Afrique. Le Groupe Limagrain souhaite également renforcer sa présence en Chine. Ce vaste pays cherche à devenir le premier marché mondial des semences et ainsi, être moins dépendant des importations en maïs et soja notamment. Pour Limagrain Europe, nous avons accéléré nos investissements industriels, soit en agrandissant les capacités d'usine existantes, soit en construisant de nouveaux sites de production. Cet été, nous démarrons la construction d'une nouvelle usine de semences de tournesol en Turquie.

Limagrain est l'un des seuls groupes à travailler encore sur les OGM en France ? Pourquoi ?
En tant que semencier mondial, nous nous devons de répondre aux enjeux qui se jouent àl'échelle de la planète. Les OGM font partie des outils pour accroitre les rendements et intégrer de nouveaux critères aux variétés : résistance à la sécheresse, aux maladies… Sur le site de Chappes (63), tous les essais ont lieu en laboratoire : la réglementation française interdisant la culture en plein champ. Les essais grandeur nature se font aux Etats-Unis.

En chiffres
Limagrain
4è semencier mondial
–    CA de 2 milliards d'euros dont 13 % consacrés à la recherche
–    L'Europe représente 64 % du CA, les Amériques 22 %, l'Afrique et le Moyen Orient, 7 %, l'Asie et le Pacifique, 7 %.
–    Filiale dans 40 pays et ventes dans 140
–    8200 salariés

Limagrain Europe : filiale européenne de la branche Grandes Cultures
–    1400 salariés
–    CA de 500 M€ dont 100 M€ en France
–    En France, deux marques phares : LG et Advanta
 

Autres articles du fil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *