Rencontres Oléopro : la filière expose ses forces et ses attentes en présence de Didier Guillaume

Agriculture durable, alimentations humaine et animale, énergies vertes, autonomie protéique, revenu agricole et dynamisme des territoires… Les Rencontres Oléopro, déroulées le 29 novembre à Paris, avaient tout d’une vitrine pour la filière des huiles et protéines végétales. Le rendez-vous rassemblait toutes les familles du secteur et leurs partenaires… mais pas seulement. « L’ouverture est l’un des mots d’ordre, assure Sébastien Windsor, nouveau président de Terres Inovia. Nous avons voulu éclairer l’événement du regard de parlementaires, d’ONG, de représentants de la distribution ou d’autres secteurs d’activité. »

Guillaume sollicité sur le glyphosate et les biocarburants

Si la Fop, Terres Inovia, Terres Univia, Avril et Sofiprotéol, co-organisateurs de l’évènement, voulaient présenter la force de leur cohésion, l’objectif était aussi de faire connaitre leurs attentes au ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. S’affirmant « au côté de la filière », ce dernier s’est efforcé de répondre. Concernant les mesures d’accompagnement pour les biocarburants, attendues par la filière, le ministre garantit qu’il « en tiendra compte dans [sa] politique », sans toutefois promettre quoi que ce soit le cas dans la loi de finance 2019. Quant à la start-up d’État glyphosate, qualifiée « d’erreur » par le président de la Fop Arnaud Rousseau, Didier Guillaume s’est contenté d’en défendre, sous les huées de l’assistance, l’utilité « en tant qu’indicateur d’une voix à suivre. »

Rendez-vous déjà fixé pour 2019

Didier Guillaume a davantage convaincu par sa position résolument anti-agribashing, dans sa promesse de ne supprimer aucune solution phyto avant l’émergence d’alternatives, ou par son intention de défendre un budget consolidé pour la Pac. « C’est le premier ministre de l’Agriculture qui se veut défenseur d’une agriculture française exportatrice depuis longtemps », notait Arnaud Rousseau à l’issue de la journée. Interrogé par Référence environnement, le président de la Fop s’est dit également « plutôt optimiste sur la teneur du discours de Didier Guillaume. » La deuxième édition de ces Rencontres, d’ores et déjà prévues pour 2019, sera certainement l’occasion de valider cette première impression.