Semences : les cotisations volontaires deviennent obligatoires

Le 21 juin, les administrateurs du Gnis ont validé l’accord de financement de l’interprofession jusqu’à la fin de l’année 2021. Les cotisations volontaires, décidées par les professionnels, vont se transformer en CVO (cotisations volontaires obligatoires). Toutes les filières auront désormais le même mode de financement. Le Gnis assure qu’il n’y aura pas d’impact sur le prix de revient final de la semence.
Cet accord a été adopté à l’unanimité des cinq collèges composant le Gnis : la sélection, la multiplication, la production, le commerce et l’utilisation.
Les CVO sont prélevées auprès des opérateurs économiques aux différents stades de la production, de la transformation et de la commercialisation de la semence certifiée ou contrôlée. La somme collectée servira à financer différentes actions du Gnis dont l’animation des relations interprofessionnelles, les mesures de contrôle et de certification incluant les missions de service public, les actions de promotion, d’information et de développement.
Cet accord de financement représente un peu plus de 1 % du chiffre d’affaires de la filière. Selon le Gnis, il devrait permettre à la France « de conserver une position de leader en Europe et dans le monde » tout en « approvisionnant les agriculteurs et les jardiniers en semences de qualité ».

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil