Semences : un collectif européen demande à Juncker de se positionner sur les NBPT

Le collectif « Initiative européenne pour l’édition génomique des plantes” » a adressé le 18 juillet une lettre à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et aux quatre commissaires concernés, pour ne « pas laisse pas échapper les opportunités offertes par une nouvelle technologie, l’édition génomique des plantes ». La structure qui rassemble plus de 60 organisations (centres de recherches, universités, organisations professionnelles agricoles, Académies, think tanks…) propose trois actions :

  • donner une interprétation cohérente de la définition d’un OGM au titre de la directive 2001/18/CE et décider de l’exclusion ou de l’exemption de certaines plantes, notamment celles issues des Nouvelles techniques d’obtention de plantes (NPBT) : les ségrégants négatifs, les plantes issues de la cisgénèse, etc
  • désigner une autorité pour confirmer l’exclusion ou l’exemption de la directive 2001/18/CE des plantes mentionnées.
  • engager des discussions avec les pays exportateurs et importateurs de produits agricoles pour harmoniser les statuts réglementaires des plantes issues de l’édition des génomes.

« Les innovations permises par ces technologies seront essentielles pour permettre aux chercheurs et aux agriculteurs européens de travailler avec les meilleurs outils disponibles et éviter les distorsions de concurrence avec les grands pays agricoles qui s’y
sont déjà engagés », insiste le collectif.
En France, Initiative européenne pour l’édition génomique des plantes rassemble les instituts techniques à travers l’Acta, l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV), l’Association des producteurs de blé (AGPB), et AgriDées

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.