Séparation conseil/vente : pour les certificateurs aussi, la tâche s’annonce compliquée

Les organismes de certification se préparent eux aussi à la séparation du conseil et de la vente des produits phytosanitaires. Leur mission : valider la certification – distribution ou vente - que leurs clients auront choisie. Les nouveaux audits devront se faire rapidement, en 2021. Pour l’heure, les questions affluent. Mais les réponses ne sont pas toujours simples à apporter. Le point avec Vincent Couëpel, président du Cepral, l’association des organismes certificateurs du domaine agricole. 
« Comme tous les acteurs de la filière, nous attendons avec impatience la parution des textes définitifs », confie Vincent Couëpel, directeur de l’organisme de certification Certis et président du Cepral (1). Une fois que les distributeurs et négociants auront fait le choix entre le conseil ou la vente des produits phytosanitaires, avant le 15 décembre, tout devrait aller très vite. « Quand les exigences évoluent, à nous de vérifier que nos clients les ont bien prises en compte pour que les certifications décernées restent d’actualité. Si ce n’est pas le cas, nous mettons des « écarts » avec des améliorations obligatoires », explique Vincent Couëpel.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil