Sortie du glyphosate en vigne et arbo, le machinisme a besoin de cinq ans

Les entreprises de l’agroéquipement ne sont pas prêtes pour apporter des alternatives à la sortie du glyphosate en viticulture et arboriculture. Réorganisation des sociétés, recrutement de personnels, création d’un label, formation des agriculteurs, etc : Axema publie des propositions pour accélérer la transition dans une étude diffusée le 15 juillet.
Les sociétés du secteur des agroéquipements ne sont pas encore prêtes pour répondre à l’après-glyphosate dans les filières viticoles et arboricoles. Tel est le principal message d’une étude d’Axema, l’association française des acteurs industriels de la filière des agroéquipements et de l’agroenvironnement, publiée le 15 juin et commandée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, Anses, et le ministère de l’Agriculture. Elle s’est fondée sur les rapports de l’Institut national de la recherche en agronomie et environnement (Inrae) et sur les réponses de 69 sociétés spécialisées sur le secteur, interrogées de mars à mai 2020.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil